Travail des enfants: Ils sont encore 69.000

Travail des enfants: Ils sont  encore 69.000

Le Maroc compte moins d’enfants au travail. Selon l’enquête nationale sur l’emploi du Haut-Commissariat au Plan, le travail des enfants âgés de 7 à moins de 15 ans a concerné 69.000 enfants en 2014 contre 86.000 en 2013. Ces statistiques publiées à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le travail des enfants montre que même si le phénomène est en régression, les chiffres restent alarmants.

Le travail des enfants persiste en milieu rural. 90% d’entre eux résidaient hors périmètre urbain en 2014. Le HCP relève qu’ils sont 62.000 à travailler en milieu rural contre 7.000 en milieu urbain. A noter que ce phénomène touche davantage les garçons que les filles. En effet, il reste à 60,1% masculin, une proportion qui varie de 56,7% en milieu rural à 90,1% en ville. Autre constat: quatre régions concentrent à elles seules plus de 70% des travailleurs, à savoir Doukkala-Abda (25,6%), Marrakech-Tensift-Al Haouz (14,8%), Chaouia-Ouardigha (11,8%) et la région d’El Gharb-Chrarda- Beni Hssen (11,2%).

S’agissant des secteurs d’activité, les mineurs travaillent principalement dans l’agriculture, l’artisanat ou en tant que domestiques. En milieu rural, ils sont 90,2% à travailler dans «l’ agriculture, forêt et pêche». En villes, les «services» et «l’industrie y compris l’artisanat» constituent les deux principaux secteurs pourvoyeurs d’emploi avec respectivement 58,1 et 26,8%. Selon le statut dans l’emploi, plus de 9 enfants actifs occupés sur 10 en milieu rural travaillaient en tant que domestiques. En milieu urbain, 47,4% sont des apprentis alors que 17,5% sont des salariés.

Toujours selon le HCP, les enfants âgés de 7 à moins de 15 ans travaillent en moyenne 32 heures par semaine, soit 14 heures de moins que la tranche des 15 ans et plus. Cet écart est d’environ 11 heures en milieu rural (30 contre 41 heures) alors qu’il n’est que de 5 heures en milieu urbain (45 contre 50 heures).
 

En tenant compte du niveau d’instruction, on s’aperçoit que la plupart des enfants n’ont pas de diplôme et un niveau scolaire très faible. A ce sujet, le HCP précise qu’ils sont 77% sans diplôme, 26% n’ont pas de niveau scolaire et 24,2% sont analphabètes. En revanche, 35% travaillaient parallèlement à leur scolarité. Pour les 65% d’enfants non scolarisés en 2014, le HCP évoque plusieurs raisons. Parmi celles-ci figurent le manque d’intérêt aux études (34,1%), l’absence d’écoles dans le lieu de résidence, l’inaccessibilité, les difficultés géographiques ou climatiques (23,1%), l’absence de moyens financiers pour couvrir les coûts liés à la scolarité (13,8%) et l’obligation d’aider le ménage dans ses activités professionnelles (7,5%).

Le Maroc comptait 59.477 ménages dont au moins un enfant au travail en 2014, soit 0,8% de l’ensemble des ménages. Parmi les ménages, 53.441 résidant en milieu rural contre 6.036 en milieu urbain. Cette proportion passe de 0,2% pour les ménages de trois personnes à 2,3% parmi les ménages de 6 personnes et plus.

Il est à noter que 67% des enfants au travail sont issus du milieu d’exploitants agricoles, 13% sont des enfants d’ouvriers et 11,8% ont des parents employés, commerçants et intermédiaires commerciaux. Ce qui attire l’attention est le fait que 1,2% sont des enfants de cadres supérieurs et professions libérales et cadres moyens. On peut se demander comment des enfants de cette catégorie sociale peuvent être amenés à travailler. En tout cas, l’enquête du HCP ne donne pas plus de précision.

HRW fustige le Maroc

L’ONG Human Rights Watch a dénoncé à maintes reprises l’exploitation inhumaine des enfants au Maroc. Dans un rapport publié en 2014, HRW avait dressé un état des lieux alarmant des conditions de travail des employés domestiques. «Malgré des lois interdisant l’emploi des enfants de moins de 15 ans, des milliers d’enfants en-dessous de cet âge -principalement des filles- travailleraient comme domestiques», avait indiqué l’ONG. Celle-ci avait relevé que des filles âgées de seulement 8 ans travaillaient jusqu’à 12 heures par jour pour seulement onze dollars par mois. «Dans certains cas, les employeurs n’hésitent pas à frapper les jeunes filles et à les agresser verbalement, les empêchant ainsi de recevoir une éducation et ne les nourrissent pas correctement». Une année auparavant, l’ONG américaine avait également publié un rapport choquant sur les conditions de travail des enfants domestiques.

Quant au projet de loi sur les petites bonnes, l’ONG avait estimé qu’il ne répondait pas aux normes fixées par la Convention sur les travailleurs domestiques de l’OIT concernant notamment les  contrats de travail,  les congés payés par l’employeur, le salaire minimum, les mécanismes de résolution des conflits et des violations de droits ainsi que la définition des horaires de travail et la sécurité sociale.

Des fonds étrangers pour lutter contre le fléau

Au Maroc, beaucoup d’enfants continuent d’être victimes d’abus de tout genre par leurs employeurs : violences physiques et verbales, salaires dérisoires, horaires de travail excessifs….Pour lutter contre ce fléau, le département américain du travail avait accordé une subvention de 5 millions de dollars. Le Bureau des affaires internationales du travail du Département du travail des Etats-Unis avait annoncé l’attribution d’un accord de coopération s’élevant à 5 millions de dollars au profit de la «Creative Associates International».

L’objectif étant de mettre en œuvre un projet visant à réduire le travail des enfants au Maroc. Le projet en question a ainsi pour vocation de lutter contre ce phénomène dans la région de Marrakech-Tensift-Al-Haouz par la promotion de la participation des enfants dans les programmes d’enseignement et la formation professionnelle axée sur l’agriculture et l’écotourisme. Il est aussi destiné à offrir un soutien aux jeunes en âge légal de travail pour garantir les possibilités d’emploi de qualité.

 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *