Tunisie : un spectacle annulé sur fond de polémique autour d’Israël

Le Festival international de Carthage en Tunisie a annoncé l’annulation d’un spectacle initialement programmé lundi, dans la foulée d’une polémique autour de la participation d’artistes tunisiens à des récitals pour public israélien. «La direction du festival a décidé d’annuler le spectacle Nouraniet (nldr: Lumières) initialement programmé le 9 août à l’amphithéâtre de Carthage», a annoncé cette direction dans un communiqué publié à Tunis. L’annulation a été décidée à la demande de Selim Baccouche, principal acteur du spectacle musical monté avec le Turc Ilyes Ousbek, l’Algérien Abdallah El Kord et les Tunisiens Mohamed Lassoued et Kamel Abassi. M. Baccouche s’est dit «indisposé», selon la direction du festival de variétés le plus prestigieux de Tunisie. Selim Baccouche, dont une conférence de presse a été annulée, avait été la cible d’une vague de condamnation sur Internet liée à sa présence filmée, aux côtés d’autres artistes, dans des soirées organisées pour un public israélien.
La polémique a éclaté lorsqu’une vidéo diffusée sur le réseau Facebook a montré un des interprètes tunisiens criant lors d’un concert des vivats à l’adresse du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, après avoir fait applaudir le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali . «Vive Netanyahou!» «Vive Bibi!», a répété au micro Mohsen Cherif devant un parterre d’Israéliens d’origine tunisienne.Les internautes ont réagi par milliers pour exiger l’annulation du concert de Selim Baccouche, d’autres allant jusqu’à appeler à déchoir M. Cherif de sa nationalité tunisienne. Plusieurs syndicats, dont celui des musiciens, ont condamné «une atteinte au sentiment national» et «un acte indigne» des Tunisiens, solidaires de la cause palestinienne et globalement hostiles à une normalisation avec l’État hébreu. Selim Baccouche, qui a été montré sur une autre vidéo animant une soirée en marge du pèlerinage de la synagogue de la Ghriba à Djerba (sud de la Tunisie), a indiqué n’avoir fait que répondre à la demande d’un public, devant lequel «tous les artistes tunisiens, sans exception aucune», se produisent chaque année. «Pourquoi cette vidéo est-elle apparue une semaine avant la date de mon spectacle ? Je ne le comprends pas», a lancé le chanteur, interrogé sur le site Kapitalis.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *