UD : Bataille autour de la cagnotte

UD : Bataille autour de la cagnotte

Le parti de l’Union démocratique (UD) serait sur le point de tourner la page du conflit qui oppose depuis quelques jours les partisans de son président, Bouâzza Ikken, à plusieurs membres influents dirigés par l’ex-ministre Ahmed Moussaoui.
Selon des informations confirmées, des pourparlers ont été entamés entre les deux parties suite aux missions de bons offices dirigées par le secrétaire général du Mouvement populaire (MP), Mohand Laenser, et le dirigeable du Mouvement national populaire (MNP), Mahjoubi Ahardane. Cherchant à éviter l’éclatement de l’UD qui pourrait affaiblir le poids politique de la Mouvance populaire unifiée récemment créée et qui regroupe les trois partis de la tendance haraki à savoir le MP, le MNP et l’UD.
Interrogé sur ces tentatives de réconciliation, le président de l’UD a répondu qu' »il existe bien des tentatives de rapprocher les points de vue, mais la mésintelligence persiste entre les deux parties puisqu’il y a encore beaucoup d’effort à fournir de part et d’autre ».
Il est à signaler que sur initiative conjointe de Mohand Laenser et Mahjoubi Ahardane, les deux dirigeants de la Mouvance populaire ont entamé une série de contacts pour cerner la crise au sein de l’UD et éviter qu’elle prenne des dimensions plus graves. Ainsi, les deux leaders ont rendu visite au président de l’UD avant de se rendre chez le groupe des contestataires à savoir Ahmed Moussaoui, Mohamed Benzeroual, Mohamed Fadili et Belhaj Dermoumi. Ces derniers avaient créé un comité provisoire pour la gestion du parti après avoir limogé son président.
Ce dernier, rappelons-le, avait considéré leur décision non avenue et juridiquement infondée et s’est donc accroché à son poste après avoir réuni autour de lui la majorité des membres du conseil national du parti.
S’agissant des derniers développements, Bouâzza Ikken, estime qu’il est prêt à discuter de toute proposition visant à réunifier le parti. « Mon objectif est d’éviter l’éclatement de l’Union démocratique et pour ce faire, je suis prêt à discuter avec les autres, mais cela ne se fera pas aux dépens du parti », a-t-il déclaré.
Pour M. Ikken, la réconciliation est possible tant que sa position est respectée. « Ce parti c’est moi qui l’ai fondé après avoir pris l’initiative de rassembler ceux qui, aujourd’hui, prétendent contester ma position à sa tête oubliant que c’est moi qui ai tout fait pour la création de ce parti et la consolidation de sa position », explique-t-il.
En ce qui concerne l’argent du parti, le président de l’UD précise que c’est sur sa demande expresse que la banque a bloqué le compte de la formation politique. « Il fallait que j’évite qu’ils aient accès à cet argent puisque je savais que leur premier objectif était de pouvoir mettre la main sur les comptes de l’UD », précise M. Ikken.
Rappelons que le solde du compte bancaire en question est de l’ordre de 5,2 millions de Dhs. Une somme dont personne ne peut disposer pour le moment puisque la banque a décidé d’attendre à ce que l’une des deux parties en conflit puisse obtenir un document officiel prouvant être le représentant légitime de la formation.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *