Un café avec… Samira El Baloui

Un café avec… Samira El Baloui


Café ou thé?
Ni l’un ni l’autre, je vais plutôt prendre un lait froid ou un jus.

Est-ce-que vous suivez les conseils de «Sabahiatte»?
Au fait, j’essaie de mon mieux. Mais ce que je peux vous garantir, c’est que ces conseils m’ont beaucoup changée. Je suis devenue plus coquette et plus attentive à mon look. Surtout que je suis censée donner l’exemple.

Et les «Massaiatte»?
Moi, j’ai commencé par les «Massaiatte», mais maintenant, je me réveille plus tôt pour les «Sabahiatte» (rires).

Vous semblez très complices sur le plateau. Est-ce vrai?
Je vais vous avouer que nous sommes très copines et qu’en dehors du travail, nous partageons beaucoup de choses. Bien sûr, comme des sœurs, nous avons de petites étincelles dues aux contacts quotidiens et au stress du travail, mais, nous avons une excellente ambiance et on le doit au fait que nous travaillons toutes avec le cœur.

Comment préparez-vous Aïd Al-Adha?
Comme toutes les Marocaines. Bien que je sois très moderne, je suis également très portée sur les traditions. Je passe ce Aïd avec ma belle-famille, nous égorgeons notre bélier comme le veut la religion et mon fils porte une jellaba. Comme je peux prendre un brunch le matin au Mazagan, je peux me retrouver, l’après-midi, à faire mes courses au beau milieu de Derb Sultan. Et comme toutes les Marocaines, j’achète chaque année «lqotbane», «latria» et les bassines, comme si on n’en avait pas (rires). Aussi, je me charge moi-même de laver les abats et préparer le «boulfafe». Cependant, je ne mange rien de tout le mouton et encore moins quand je l’ai vu vivant.

Quand Madame est «M’safra» comment se débrouille votre mari?
(Rires). Vous savez quand je tarde chez une amie, mon mari m’appelle pour me sortir : «Madame M’safra» ou quoi? C’est donc devenu un petit code entre nous. Mais, je ne crois pas qu’il pourrait s’en sortir tout seul à la maison surtout avec notre petit qui est turbulent.

Vous ne cachez pas, par hasard, une fontaine de jouvence?
Je n’ai que 20 ans, je n’en ai donc pas besoin (rires). On ne me donne jamais plus de 28 ans, ce doit être parce que je fais ce que j’aime et ça, c’est un cadeau de Dieu. Mais que ça reste entre nous, j’ai 36 ans au fait.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *