Un enseignant tue sa belle-mère

Un enseignant tue sa belle-mère

Professeur au lycée Ibn Rochd, à Berkane, Saïd jouissait d’une bonne réputation. Sa relation avec ses collègues et ses élèves était fondée sur le respect mutuel. Sérieux, il ne s’absentait qu’en circonstances extrêmement graves. Marié par amour depuis une dizaine d’années, il veillait sur son foyer et déployait tous ses efforts pour subvenir aux besoins de sa femme et de ses trois enfants. Il menait une vie paisible. Cependant, cette vie agréable et stable n’a pas fait long feu. Côté professionnel, Saïd ne fait plus attention à son travail : il négligeait de plus en plus ses élèves.  Au foyer, il ne se réunit plus en famille, ne joue plus avec ses enfants. Bref, tout est bouleversé dans sa vie. De jour en jour, il se renfermait davantage sur lui-même. Personne au lycée ne sait la raison de ce changement dans les aptitudes de Saïd. Sa femme, au contraire, le savait. La cause des embarras et des problèmes dans lesquels Saïd s’enfonçait était sa belle-mère, Milouda, une retraitée du secteur d’enseignement. Elle s’ingérait abusivement dans leur vie personnelle, surveille leurs comportements, les juge. En somme, elle a fait de la vie de sa fille et de son mari sa préoccupation principale. Pis encore, elle a réussi à monter sa fille contre son mari.
Au fil du temps, l’épouse a rendu la vie de son époux un enfer. Elle n’est plus satisfaite de la vie qu’elle mène avec lui. Elle est devenue trop exigeante, demandant toujours davantage sans se soucier de son mari. Elle rêve d’une vie plus aisée et luxueuse. Elle a oublié le grand amour et les moments partagés durant une dizaine d’années. Les relations du couple se dégradèrent. Du fil en aiguille, les problèmes s’accumulèrent. Et la belle-mère les attisait encore sans vergogne. Elle était en train de détruire le foyer de sa propre fille et de ses trois petits-fils. Saïd cherchait en vain une solution. Le dialogue avec sa femme ne menait nulle part. Il craignait beaucoup pour ses enfants. Il ne désirait pas les voir souffrir à cause des problèmes d’adultes. La belle-mère était toujours ce mur qui séparait le couple et qui les éloignait de plus en plus l’un de l’autre. Saïd a décidé donc de plier ses bagages et d’habiter seul. Pire encore, il s’est abstenu, depuis ce jour, de subvenir à leurs besoins. Quelques mois plus tard, l’épouse a recouru à la justice pour défendre ses droits et ceux de ses enfants. D’une audience à l’autre, Saïd est condamné de verser une pension alimentaire à sa femme et ses enfants. Entre temps, Saïd a tenté de se réconcilier avec sa femme. Mais en vain. Elle exigeait toujours l’exécution de la décision du tribunal de la famille. Sous l’influence de sa mère, apparemment la jeune femme ne se rendait pas compte de ses actes. Elle était tout simplement en train de détruire son foyer et l’avenir de ses enfants.
Plus tard, les choses se sont aggravées. La jeune femme a fini par demander le divorce judiciaire auprès du tribunal de la famille à Oujda. Le tribunal a entrepris une démarche de réconciliation entre les deux époux. Au cours des différentes audiences, Saïd se présentait devant le tribunal avec l’espoir de résoudre cette discorde à l’amiable sans mettre fin à sa relation conjugale et par conséquent garder les enfants avec ses deux parents. Mais, la belle-mère et sa fille n’étaient pas du même avis. Elles étaient inflexibles et sont restées sur leur position de refus. Mercredi 7 juillet, les deux époux sont convoqués à une nouvelle audience. Saïd, sa femme et sa belle-mère, Milouda étaient à la place d’Al Kasbah à Oujda, quelques mètres plus loin du tribunal de la famille. Saïd s’est approché de sa femme tentant de la dissuader et la convaincre de renoncer à sa requête relative à la demande de divorce.
Seulement, la belle-mère est intervenue pour le pousser et l’injurier devant les badauds qui se sont attroupés devant eux. Tout à coup, Saïd, qui la scrutait sans dire un mot, a reculé quelque pas et a fait sortir un couteau. En un clin d’œil, il a avancé à destination de la belle-mère pour la larder de trois coups. Milouda qui a lancé un cri strident est tombée par terre. Alertés, les éléments de la protection civile se sont dépêchés sur les lieux pour évacuer la blessée vers l’hôpital Al Farabi. Malheureusement, elle a rendu l’âme suite à ses blessures. À ce moment, Saïd est soumis aux interrogatoires au commissariat de la police.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *