Un hommage mérité

Le premier secrétaire de l’union socialiste des forces populaires ( USFP) et ex-Premier ministre, M. Abderrahman youyssoufi, a été décoré, mercredi à Bruxelles, des insignes de Grand-Croix de l’Ordre de la Couronne, l’une des plus hautes distinctions de Belgique, qui lui a été remise par le ministre belge des affaires étrangères, Louis Michel. En remettant à M. Youssoufi cette distinction au nom du Roi Albert II, le chef de la diplomatie belge a indiqué que ce geste est une marque de reconnaissance pour les relations «très étroites» existant entre les deux royaumes de Belgique et du Maroc.
Et de souligner, «particulièrement», l’action «personnelle» du récipiendaire dans» l’approfondissement de ces relations et encore plus remarquablement pour ce qui est de leur volet social». S’adressant toujours à M. Youssoufi, le ministre belge des Affaires étrangères lui signifié qu’il est « de ces hommes qui peuvent servir d’exemple aux autres dirigeants de par le monde».
Car, dit-il en guise de précision et de rappel : «Vous vous êtes toujours investi pour votre pays, pour la démocratie et la défense des droits de l’Homme. Un engagement que vous avez payé, entre autres et dramatiquement, de 15 années d’exil». «A votre retour, suite à la grâce royale, poursuit le ministre belge, vous vous êtes réinvesti sans compter dans ces mêmes domaines et avec ces mêmes objectifs, sans rancoeur ni haine, ni souci de revanche. Quand vous êtes nommé par feu le Roi Hassan II, au poste de premier ministre, il s’agit, évidemment, d’une consécration, mais pour vous, il s’agit surtout d’assurer une transition réussie vers plus de démocratie et entre deux règnes. Tout cela, vous l’avez fait dans un contexte social parfois difficile et à la manière, permettez-moi la comparaison, d’un Nelson Mandela, avec comme objectif unique et supérieur le bien être de vos concitoyens». Et de conclure que pour ces raisons «SM Albert II a tenu à vous conférer cette Grand Croix».
De son côté, M. Youssoufi s’est dit fier de cette distinction qui intervient à un « moment où les relations bilatérales sont à leur summum». La cérémonie s’est déroulée en présence, notamment de la vice-première ministre et ministre de l’Emploi et de l’égalité des chances, Mme Laurette Onkelinx, ainsi que des ambassadeurs du Maroc en Belgique et au Luxembourg, Mustapha Salahdine, et auprès des communautés européennes, Aïcha Belarbi. M. Youssoufi s’est rendu à Bruxelles, à l’invitation de plusieurs personnalités du Parti socialiste belge francophone, membre de la coalition gouvernementale, dont le bourgmestre (maire) de Molenbeek, une commune à forte concentration d’habitants d’origine marocaine. Dans une allocution sur l’expérience démocratique au Maroc et pour un Etat de droit en Afrique, le premier secrétaire de l’USFP a rappelé les différentes étapes que le Maroc a traversées et qui se sont soldées, finalement, par l’avènement du gouvernement d’alternance».
M. Youssoufi a, également, fait part des différentes expériences électorales qui ont eu lieu avant celle du 27 septembre 2002 et qui se sont distinguées par bon nombre d’irrégularités dues à l’intervention de l’administration. Enfin après s’être arrêté sur les dernières élections, il a laissé entendre que le pays est en passe de connaître des moments qui pourraient avorter le rêve en des lendemains meilleurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *