Un management informel

Moulay Ahmed Alaoui, qui fut plusieurs fois ministre, depuis l’indépendance du Maroc, a toujours été un homme d’influence. Celle-ci, il l’exerçait d’abord par l’entremise du groupe Maroc Soir et les différentes publications du groupe dans lesquelles il donnait le ton politique via ses éditoriaux qu’il a toujours supervisés personnellement. Il a aussi donné un cachet très personnel au mode de gestion qu’il a imposé à ce groupe lequel était caractérisé par des procédures de management très informelles, qui n’ont pas permis au groupe d’instaurer une logique de gestion efficace et transparente. Cependant la proximité du personnage avec le premier cercle et les centres influents du pouvoir en fait parfois le porte-parole officieux de celui-ci et souvent le relais d’information sur les institutions et les orientations politiques dans le pays. Ce statut qui s’expliquait par le climat d’exacerbation du discours politique nécessitant par le passé nombre de «mesures d’encadrement» de la liberté d’expression, a fini par devenir un handicap sur la voie de la démocratisation et de l’épanouissement de la liberté d’expression au sein du groupe dirigé par Moulay Ahmed Alaoui.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *