Une forte impulsion aux droits humains

Diwan Al Madhalim existait au Maroc à travers le ministère des doléances créé sous le règne des Sultans du Maroc, qui avait pour mission de statuer sur les requêtes des citoyens au sujet des comportements de certains gouvernants, a rappelé le conseiller de SM le Roi, M. Mohamed Moatassim.
Après l’indépendance, feu SM Mohammed V avait mis en place un bureau au sein du cabinet royal, connu sous le règne de feu SM Hassan II par le bureau des doléances ou « bureau de recherches et de renseignements », a-t-il rappelé, ajoutant que les Marocains, qui venaient de toutes les régions du royaume, s’y rendaient pour déposer leurs plaintes. Cette structure ancrée dans l’histoire du Maroc a été modernisée par SM le Roi Mohammed VI avec la promulgation du dahir portant création de « Diwan Al-Madhalim », a-t-il dit. Depuis son intronisation, a noté M. Moatassim, SM le Roi a institué une initiative louable en adressant un message au peuple marocain à l’occasion de l’anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme.
Dans le premier message, le Souverain a réaffirmé l’attachement du Maroc à l’universalité des droits de l’homme. Sa Majesté le Roi avait également annoncé l’élargissement des attributions du Conseil consultatif des droits de l’homme et le renforcement de son indépendance, dans le cadre de l’approche royale alliant authenticité et modernité. Le conseiller du Souverain a affirmé que les citoyens marocains peuvent présenter directement leurs doléances au Diwan Al Madhalim, soulignant que le délégué du Wali Al Madhalim est censé rédiger la plainte du requérant dans le cas où celui-ci est analphabète et de lui apporter une réponse dans les délais fixés. Le Diwan dispose de délégués auprès du département du Premier ministre et des autres ministères, des délégués régionaux à l’avenir, ainsi que des délégués spéciaux pour régler les problèmes de certains citoyens, surtout les femmes, les enfants en situation difficile, les Marocains résidant à l’étranger et les personnes handicapées.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *