Une marche et puis s’en vont

Une marche et puis s’en vont

La marche organisée, dimanche 28 novembre à Rabat en solidarité avec les peuples palestinien et irakien, à l’appel du « Groupe d’action de soutien à l’Irak et la Palestine (GASIP) a réuni environ 25.000 personnes, selon les autorités locales, et presque 50.000 selon les organisateurs. Placée sous le signe « Pour la Palestine, pour l’Irak », la marche a pris son départ à la place Bab El Had, avant de se diriger vers la place de la Poste. Les participants à la marche, qui coïncide avec la célébration de la « Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien », ont traversé l’avenue Mohammed V, l’avenue Moulay Youssef, en passant par la place Moulay Youssef, Bab Rouah et l’avenue Annasr, avant d’arriver à la place Bab Tamesna.
Brandissant les drapeaux de la Palestine et de l’Irak, les participants scandaient des slogans dénonçant les massacres perpétrés par l’armée israélienne contre le peuple palestinien et l’occupation américaine de l’Irak.
Au milieu des banderoles, les participants arboraient des portraits de Cheikh Ahmed Yassine, chef spirituel du mouvement Hamas assassiné par Israël, l’été dernier, et du président palestinien, feu Yasser Arafat ainsi que le portrait du militant palestinien Abou Ali Mustapha.
Les slogans sarcoïdes par les participants ont souligné leur solidarité avec la résistance palestinienne et irakienne contre les occupants respectivement israélien et américain.
A l’occasion de la marche, le coordonnateur du « Groupe d’action de soutien à l’Irak et Palestine », Khaled Sefiani, a déclaré à la MAP que cette marche a été organisée pour dénoncer « les crimes perpétrés par Israël et les Etats-Unis en Palestine et en Irak ». «Cette manifestation confirme le soutien du peuple marocain avec les peuples palestinien et irakien dans leur lutte contre l’occupation américaine et israélienne », a-t-il souligné avant d’ajouter qu’il s’agit là « d’un message à l’Administration américaine et à Israël pour montrer que les peuples palestinien et irakien ne sont pas seuls dans leur combat qui sera inéluctablement couronné par la récupération de la liberté, de la dignité et de l’indépendance ». Cette marche a par ailleurs été marquée par une dominance des militants islamistes qui ont été mobilisés par leurs mouvements respectifs. Il s’agit notamment du Parti de la justice et du développement (PJD) et du mouvement Al Adl Wal Ihssane du cheikh Abdessalam Yassine.
Dans une déclaration à l’AFP, le porte-parole d’Al Adl Wal Ihssane, Fathallah Arasalane, a dit : « Nous partageons la douleur et la colère de nos frères en Palestine et en Irak, victimes de tueries ».
Par ailleurs, la marche, qui devait être axée sur le soutien au peuples palestinien et irakien, s’est transformée en une manifestation contre l’organisation au Maroc, le 11 décembre prochain, du « Forum de l’Avenir ». Rappelons que ce forum doit réunir au Maroc les ministres des Affaires étrangères et des Finances de plus de 20 pays du Proche-Orient et d’Afrique du Nord, aux côtés de ceux du G8 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Japon, Canada et Russie). Toutefois, il y a lieu de signaler que, malgré cette diversité des objectifs de ladite marche, elle a été très limitée quant au nombre des participants.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *