Une matière à part entière ou une simple activité récréative ?

Une matière à part entière ou une simple activité récréative ?

«Un esprit sain dans un corps sain», dit-on. Les recherches scientifiques ont démontré l’influence directe de la santé physique sur la santé morale. Généralement, la santé physique dépend d’une bonne alimentation et de l’exercice régulier et modéré d’une activité physique notamment le sport. Le fait de ne pas pratiquer cette activité entraîne de facto, selon les spécialistes, des problèmes de concentration, troubles de la mémoire, manque d’énergie, accroissement de l’impatience, la sensibilité au stress et surtout une baisse des capacités d’apprentissage. Les bienfaits du sport sont ainsi démontrés. Qu’en est-il du système éducatif marocain? Les trois heures d’éducation physique prévues par le système d’enseignement au profit des élèves du primaire au secondaire font-elle, l’affaire? Selon les spécialistes en la matière, l’éducation physique est à l’image du système éducatif marocain dans son ensemble, qui donne d’année en année des résultats moroses. Les dysfonctionnements majeurs que connaît toujours ce système fait que cette matière cherche encore son identité. D’ailleurs, dans la majorité des établissements scolaires, les espaces dédiés à l’exercice de l’éducation physique ressemblent, en réalité, à des espaces figés qui ne permettent que l’exercice d’activités traditionnelles, notamment le foot, le handball, le basket-ball et un nombre très limité de sports d’athlétisme. L’innovation reste ainsi rare en la matière, en l’absence jusqu’à présent d’une vision stratégique à même d’assurer la promotion de l’éducation physique en tant que matière scolaire à part entière. «L’éducation physique est toujours en quête de son identité. On ne sait pas encore s’il s’agit d’une matière à part entière ou d’une simple activité récréative. Les acteurs de l’éducation physique demandent, de plus en plus, la mise en place de programmes stables pour cette matière afin qu’elle fasse l’objet d’évaluation régulière comme les autres matières», précise M’hamed Borj, professeur agrégé de l’éducation physique à Kénitra. Selon ce dernier, la matière de l’éducation physique connaît de nombreux problèmes qui entravent toute perspective d’évolution et d’innovation. «Les ressources humaines qualifiées en la matière manquent considérablement dans notre système scolaire. La formation des professeurs du premier et du deuxième cycle et des professeurs agrégés se fait d’une manière saugrenue. En plus, il n’existe pas de BTS et de classes prépas pour l’éducation physique. Ceci en plus du fait que le départ volontaire a fait que les inspecteurs en la matière se font de plus en plus rares. De ce fait, l’orientation fait désormais défaut. Le professeur de l’éducation physique se trouve ainsi livré à lui-même et contraint d’improviser», ajoute M. Borj. Selon ce professeur agrégé, les infrastructures posent également problème. «Les infrastructures consacrées à l’exercice de l’éducation physique sont très limitées. Elles ne permettent que l’exercice d’activités traditionnelles et entravent dans ce cadre toute innovation et ouverture sur les autres disciplines plus modernes. L’éducation physique n’est pas une matière codifiée. Elle s’exerce généralement dans un espace ouvert et doit naturellement être diversifiée», souligne-t-il.  De l’avis d’un spécialiste, quatre solutions sont en mesure de relancer l’éducation physique et lui réserver la place qu’elle mérite dans le système scolaire. «Pour assurer le changement auquel aspire les professionnels en la matière, il faut mettre dans un premier temps l’élève au cœur de toute politique visant à promouvoir la qualité de l’enseignement. Aussi, il est question d’assurer une réhabilitation du professeur et de l’inspecteur de l’éducation physique et son recyclage pour qu’il puisse s’adapter aux nouvelles exigences», note M. Borj. Et d’ajouter : «Il est aussi question de doter cette matière de programmes scolaires fixes et l’établissement de conventions de partenariat entre l’école et d’autres secteurs pour pouvoir sortir du cadre étroit vers des espaces plus larges favorisant l’innovation». L’éducation physique est appelée à jouer un rôle de premier plan dans les programmes de revalorisation de la qualité de l’enseignement. Elle est d’une importance capitale, étant donné que c’est cette matière qui assure, à elle seule, de rendre le corps sain de l’élève pour que toutes les autres matières s’occupent du reste.


L’importance d’un bon environnement sportif

Plusieurs de parents reconnaissent le rôle important que peuvent jouer les sports pour le bien-être et la santé de leurs enfants. Les sports peuvent, et devraient occuper une place importante durant la croissance. Des recherches indiquent que des programmes sportifs de qualité peuvent réduire l’incidence des troubles comportementaux et émotionnels chez les enfants. L’un des faits les plus importants est sans doute qu’un environnement sportif qui assure sécurité et appui peut aider l’enfant à bâtir son estime de soi en lui offrant des occasions de développer ses habiletés et de remporter des succès. Les «premières impressions» laissées par le sport chez l’enfant auront probablement une influence directe sur toute sa vie. Les enfants se rappellent les bonnes et les mauvaises impressions. S’ils vivent des expériences positives, ils seront davantage enclins à rester actifs toute leur vie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *