Une opération tributaire de la situation dans les pays voisins

Toutes les mesures ont été prises par le Maroc pour circonscrire la peste des petits ruminants, mais son éradication demeure tributaire de la gestion de la situation sanitaire dans les pays voisins, a souligné lundi le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime. Le Mministère a rappelé, dans un communiqué, les mesures prises pour circonscrire la maladie au niveau des exploitations atteintes et éviter sa dissémination aux régions, à travers notamment la séquestration des exploitations atteintes, l’isolement des animaux malades, la désinfection des exploitations et la vaccination autour des foyers. Parallèlement, d’autres actions ont été entreprises avec la célérité et la transparence requises, en l’occurrence la mise en place d’un comité national de vigilance et d’une cellule de suivi de la maladie, la coordination étroite avec la Gendarmerie royale et le ministère de l’Intérieur, la notification de la maladie à l’OMS et l’information de la FAO et de la Commission européenne. Dans ce même cadre, il a été également procédé au lancement de la production d’un vaccin spécifique contre la peste des petits ruminants par la Société d’Etat Biopharma, à la publication d’un arrêté spécifique par le ministère de l’Agriculture prévoyant les mesures de surveillance et de lutte contre la maladie ainsi que d’indemnisation des éleveurs, outre l’information et la sensibilisation de tous les acteurs. Par ailleurs, ce département a élaboré une stratégie globale, tenant compte des recommandations de la FAO et visant l’éradication de la maladie sur une période de trois ans. Cette stratégie a consisté, dans une première phase, en la mise en œuvre d’un programme urgent de vaccination généralisé du cheptel ovin et caprin estimé à 22 millions de têtes. Ce programme de vaccination, qui a nécessité une enveloppe budgétaire de 80 millions de dirhams, a été lancé depuis le 20 septembre 2008 sur tout le territoire national. Le nombre d’ovins et de caprins vaccinés, à ce jour, a atteint 20,5 millions de têtes. Grâce à ces mesures, la situation sanitaire a été maîtrisée et aucun nouveau foyer de maladie n’a été déclaré au niveau national depuis le 5 novembre dernier. Cependant, l’éradication de la peste des petits ruminants demeure tributaire de la gestion de la situation sanitaire du cheptel dans les pays voisins car la maladie aurait transité par la région, a souligné le ministère, affirmant que toute insuffisance au niveau de la surveillance de la maladie ou au niveau de son contrôle par les services vétérinaires des pays de la région réduirait à néant tous les efforts consentis par le Maroc, eu égard aux risques liés aux mouvements transfrontaliers non contrôlés des animaux. Pour éradiquer cette maladie transfrontalière, une coordination entre les pays de la région devrait être mise en place, a souligné le ministère.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *