Viol sur fond de vengeance

Viol sur fond de vengeance

Quartier Bourgogne, Casablanca. Les aiguilles des montres indiquaient déjà 20h de ce mercredi du mois courant lorsque Fatima, seize ans, est sortie de chez elle pour chercher une pharmacie. Elle ignorait ce qui est arrivé à sa jambe droite, qui vient de se gonfler. Bien que les urgences de l’hôpital Moulay Youssef ne sont qu’à quelques centaines de mètres de chez elle, elle a préféré consulter un pharmacien qui lui prescrirait un médicament sans trop attendre. A mi-chemin du retour, elle a croisé Farid, un jeune de son quartier. Elle l’a salué avant de reprendre son chemin.
Seulement Farid qui était en état d’ivresse l’a suivie et lui a demandé de lui parler tout en lui proposant de l’accompagner quelque part pour faire l’amour. En réponse, elle s’est contentée de lui lancer un regard réprobateur. Ce qui n’avait pas eu d’effet sur lui. Au contraire, ses regards l’ont excité au point qu’il a fait sortir un couteau de sa poche. Tétanisée, la jeune fille lui demande de la laisser tranquille, de prendre en considération qu’elle est sa voisine et qu’elle connaissait ses parents. Farid n’entendait que ses instincts bestiaux. Il lui a mis le couteau près du ventre la menaçant de l’enfoncer dans son corps si elle crie. Hébétée, Fatima fondit en larmes, elle ne savait plus quoi faire, que le supplier de ne pas la toucher.
Malheureusement, il a décidé d’aller jusqu’au bout. Il a mis le couteau près de sa nuque et l’a conduite vers un immeuble qui avait les portes ouvertes. Sans se soucier de ses supplications, il l’a poussée à l’intérieur avant de commencer à l’embrasser, à toucher son corps. Elle se contentait toujours de gémir, devant la présence du couteau. Reculant d’un pas, il lui a demandé d’ôter ses vêtements. Elle s’est abstenue. Aussitôt, il l’a giflée tout en lui ordonnant de ne plus pleurer et il a commencé à la déshabiller. Une fois son besoin satisfait, il lui a demandé de partir, mais sans attirer l’attention de personne. Les larmes coulant de ses yeux, elle est arrivée chez elle. Affolée, sa mère a demandé à son époux d’aller alerter la police. Les éléments de la brigade mondaine de la police judiciaire de Casablanca-Anfa qui se sont chargés de l’affaire avaient déjà une plainte contre la même personne. Elle était intentée en mi-avril dernier par une femme du même quartier. Cette dernière était chez elle quand elle fut surprise par Farid qui fit irruption chez elle après avoir brisé la porte de sa chambre. Armé d’un couteau, il l’a blessée au visage, l’a violée à maintes reprises et lui a subtilisé son téléphone portable avant de disparaître.
Pas moins de vingt-quatre heures d’investigations après, les éléments de la brigade mondaine sont arrivés à mettre Farid hors d’état de nuire. Ce dernier a avoué avoir sodomisé Fatima parce qu’il était sous l’effet de l’alcool et avoir violé Saâdia parce qu’elle a demandé à sa fille de rompre sa relation amoureuse qu’elle entretenait avec lui depuis quelques mois. Bref, il s’est vengé d’elle. Alors qu’il a nié lui avoir dérobé le téléphone portable. Farid a été traduit dernièrement, devant le parquet général près la Cour d’appel de Casablanca, poursuivi pour attentat à la pudeur sur une mineure, viol, menace à l’arme blanche et vol à main armée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *