Violences à l’égard des enseignants : Les mesures de la tutelle

Violences à l’égard des enseignants :  Les mesures de la tutelle

Tout acte portant atteinte à leur intégrité physique et leur dignité est inexcusable

Il incombe à l’administration d’assurer la protection de ses fonctionnaires contre les menaces, les humiliations et insultes auxquelles ils font face lors de l’exercice de leurs fonctions.

Agir rapidement et avec fermeté face à la violence dans le milieu scolaire. C’est sur ce ton que le ministère de l’éducation nationale s’est adressé aux directeurs d’académies, aux différentes délégations et aux directeurs d’établissements scolaires dans une correspondance datée du 7 novembre. Dans sa note, le ministère qualifie d’inexcusable tout acte qui porte atteinte à l’intégrité physique et à la dignité des hommes et des femmes de l’enseignement. Cet acte va au-delà de l’atteinte du corps enseignant, il touche à l’école et au système éducatif dans son ensemble.

Ce phénomène influe négativement sur l’environnement scolaire et sur le rendement de l’offre éducationnelle au sein des établissements. De même, ces agissements entraînent des séquelles aussi bien sur le plan éducatif, moral, que psychologique et social. La tutelle explique que ce fléau porte aussi bien atteinte aux élèves qu’aux cadres administratifs et éducatifs travaillant dans les établissements scolaires. Il appelle donc à cet égard à la nécessité d’agir dans l’immédiat tout en respectant certains principes et mesures  qu’il livre en détail dans sa note. Afin d’éradiquer le phénomène, il est nécessaire de mobiliser tous les moyens disponibles dont dispose l’administration. Ainsi, l’intervention dans ces cas de figure relève de l’administration ou des autorités sécuritaires et ce en fonction de la gravité de l’acte de violence commis.

Dans ce sens, il incombe à l’administration d’assurer la protection de ses fonctionnaires contre les menaces, les humiliations et insultes auxquelles ils font face lors de l’exercice de leurs fonctions. Par ailleurs la lutte contre la violence à l’école requiert l’intégration de la dimension participative. Plus en détails, il exhorte les parties concernées à faire contribuer les élèves, cadres éducatifs et administratifs, associations des parents d’élèves, associations de la société civile et autorités sécuritaires dans la résolution de cette problématique. Et pour cause, la lutte contre la violence dans le milieu scolaire est l’obligation de tous. De plus, ces agissements ont de multiples causes et nécessitent par conséquent la diversification des niveaux d’intervention. Pour y parvenir, le ministère envisage d’intensifier les campagnes de sensibilisation en guise de mesures préventives et invite ses services à tenir des rencontres sur cette question avec les associations de parents d’élèves, compte tenu du rôle central qu’ils jouent dans le processus éducatif.

Les centres d’observation de la violence dans les écoles, les centres d’écoute sont également appelés à apporter leur contribution dans le renforcement de ces moyens d’intervention. Les cadres administratifs et éducatifs ainsi que les élèves doivent également dénoncer dans l’immédiat ces agissements auprès de la direction de l’établissement. S’agissant des mesures de nature juridique et sécuritaire, le ministère appelle à porter plainte auprès de la police et des autorités locales dès que c’est nécessaire. Afin que les établissements scolaires soient prémunis contre ce phénomène, le ministère de tutelle demande à ses services de renforcer les canaux de coordination avec les services de police et les autorités locales. Mais encore, l’administration doit s’ériger en partie civile dans les procès en conformité avec les lois et les règlements pour protéger les droits les plus élémentaires des hommes et des femmes de l’enseignement, indique la note. Est également évoquée la nécessité pour l’administration d’établir un suivi et un accompagnement en faveur des parties lésées dans toutes les étapes de la procédure judiciaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *