Renault Scénic II : La deuxième génération

Renault Scénic II : La deuxième génération

Renault lance sa deuxième génération de monospaces compacts sur le marché avec la Scénic II (2.0 16 V), moderne et spacieuse.
Moteur : 4 cylindres, 1998 cm3, 136 ch. Transmission : couple maximal 191 Nm à 3750 t/min, traction, boîte manuelle à six rapports. Carrosserie : 5 portes, 5 places, longueur 4 m 26, largeur 1 m 81, hauteur 1 m 62, empattement 2 m 69, volume du coffre de 430 à 1840 litres, poids à vide: 1545 kg. Energie: catégorie de rendement énergétique B, contenu du réservoir 60 litres. Consommation moyenne lors du test: 8,6 l/100 km. Equipement de série: airbags conducteur, passager avant, latéraux et à rideaux (à l’avant et à l’arrière), ABS, ESP, keyless-drive, climatisation, direction assistée électroniquement, lève-vitres électriques, radio avec lecteur CD, etc. Avec la deuxième génération de Scénic, Renault entend maintenant réagir contre l’intensification de la concurrence dans le secteur des monospaces compacts.
La surface de chargement de la nouvelle Scénic est très modulable. Le siège du passager avant est, par exemple, rabattable, ce qui permet de transporter aisément des objets de plus de deux mètres de long. Le moteur à essence de 2 litres fournit 136 ch. C’est amplement suffisant pour le véhicule qui passe de 0 à 100 km/h en un peu plus de dix secondes. En comparaison avec le Scénic I, l’empattement est un peu plus long, l’écartement plus large et le centre de gravité plus bas. Le confort, en revanche, est très convaincant. Ce nouveau Scénic est une réussite. Avec son habitacle bien conçu et spacieux, son châssis réglé sur le confort et son vaste équipement de sécurité, la grande compacte française constitue une alternative attrayante aux Ford Focus C-Max, VW Touran et Cie.

Seat Altea : la belle Espagnole
Le constructeur Seat, division « sportive » du groupe VW, repose sur des modèles qui héritent des motorisations de pointe avec un temps de retard par rapport à VW et à Audi. Seat a décidé de se lancer dans la bataille du monospace compact en y apportant une touche de sportivité bienvenue. Le concept Altea est très proche du modèle de série commercialisé au printemps 2004.
D’une longueur de 4,292 m, l’Altea préfigure le nouveau design Seat, que l’on avait entrevu avec la Cupra GT. Le capot court et profilé, les optiques en amande à double projecteurs, le bouclier imposant avec ses 3 ouvertures, de même que les jantes “19” à profil bas, rien n’est laissé au hasard. De profil, il semble que l’on a à faire à un coupé, en particulier par la présence de portières arrière à poignée intégrée dans les montants, comme sur une Alfa 156 … L’arrière, très court, semble sacrifier l’accessibilité du coffre à l’esthétique. D’ailleurs, l’Altea est une stricte 2+2 ( soit 4 sièges individuels ).Les dessous sont repris de l’Audi A3 et devraient lui conférer une bonne tenue de route et une qualité d’amortissement au-dessus de la moyenne. L’Altea disposera en outre du système DSR, un programme intelligent qui module l’assistance de la direction en fonction de la vitesse atteinte et de la rapidité du tour de volant.
Sous le capot, on retrouve le 4 cylindres 2,0L Fsi ( injection directe d’essence ), connu des Audi A3 et Vw Touran, qui apparaît pour la première fois sur une Seat. D’une puissance de 150 ch, il est accouplé à une transmission automatique Tiptronic à 6 rapports. Les autres mécaniques du VW Touran sont aussi au programme, notamment le 2,0L Tdi de 136 ch.

Mitsubishi Grandis : la voiture à 7 places
Après la nouvelle Lancer et l’Outlander, c’est au tour de la gamme monospace de se moderniser. Baptisée Grandis, la nouvelle Mitsubishi est longue de 4,75 m et haute de 1,65 m et se positionne comme le monospace le plus sportif et le plus profilé de sa catégorie. La Grandis, déjà en vente au Japon, peut emporter jusqu’à 7 passagers au maximum, et repose sur une toute nouvelle plate-forme. «Avec ce monospace, nous espérons démontrer qu’un véhicule peut être efficace dans ce segment sans forcément être horrible à regarder», a expliqué Stefan Jacoby, le patron de la division Europe de la marque aux trois diamants. Le monospace est à découvrir. Dans un premier temps, seul le 2,4l DOHC (165ch) sera disponible. De quoi, effectivement, attirer l’attention des clients potentiels sur les lignes du produit. En revanche, pas de diesel au lancement, à l’heure ou les 3/4 des ventes de monospaces se font avec cette motorisation et que le coût à la pompe va augmenter de 2,5 centimes. Sur la Grandis on remarque immédiatement la calandre articulée autour d’un solide élément central, dans le prolongement du capot, et surmontée d’un logo chromé. La Grandis, longue de 4,76 m, appartient au marché des Space Wagon et sera disponible en Europe en deux versions : les versions six et sept places.
Elle est équipée de suspensions indépendantes et sera notamment disponible avec un moteur Diesel et un nouveau moteur essence 2,4 l d’une puissance d’environ 160 ch doté du système Mivec de gestion variable des soupapes.

Corolla Verso : la parfaite position de conduite
Plus proche d’un break compact que d’un monospace, la Corolla Verso est en fait une combinaison des deux, un «breakospace».
Dans tous les cas de figure, les places avant sont en revanche plus accueillantes et le conducteur a droit à une parfaite position de conduite et à une ergonomie sans faille : levier de vitesse surélevé, accoudoirs réglables, commandes au volant (lui-même réglable) et compteurs rétro-éclairés. Ces derniers, comme la présentation et les matériaux de la console centrale, sont traités façon Lexus. C’est un brin futuriste, à l’image du démarrage par clé électronique et bouton poussoir. L’habitacle fait la part belle aux rangements, se pare de quelques inserts de chrome et ne suscite aucune critique quant à la qualité des matériaux utilisés. Au chapitre des équipements, deux niveaux sont proposés : Terra et Sol. Le premier équivalent à la dotation de base ne manque déjà de rien : ABS avec EBD (répartiteur de freinage) et BAS (freinage d’urgence), TRC (contrôle de traction) et VSC (contrôle de stabilité), airbags frontaux et latéraux (et un cinquième de genoux pour le conducteur), climatisation, radio CD à 6 HP, ordinateur de bord… rien ne manque ! Le second reste l’apanage de la version Diesel, qui, à n’en pas douter, sera la plus plébiscitée sur notre marché. Car, mécaniquement, le choix est offert entre l’essence 1,6 litre VVT-i de 110 ch et le 2 litres D-4D (Diesel common rail) de 116 ch. Enfin, les prix s’annoncent très compétitifs: 199.900 DH pour la version essence et 224.900 DH pour le Diesel. Pour ce dernier, la version Sol va loin dans sa livrée (clim automatique, airbags rideaux, détecteur de pluie, régulateur de vitesse, barres de toit, jantes alu…), le tout pour 257.900 DH.
Du coup, cette Corolla à rallonge semble bien armée pour s’attaquer sans vergogne à ses concurrentes directes précitées, mais également à des monospaces compacts de références comme l’Opel Zafira ou le Volkswagen Touran. Bref, la Verso paraît comme une incursion réussie dans le club des «7» et, en tout cas, promise à la curiosité des visiteurs, lors de l’Auto-Expo.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *