Transfert d’argent : Les recettes des MRE dépassent les 26 milliards DH à fin juin 2011

Transfert d’argent : Les recettes des MRE dépassent les 26 milliards DH à fin juin 2011

Les immigrés marocains envoient de plus en plus d’argent au Royaume. Les transferts d’argent des Marocains résidents à l’étranger (MRE) confirment d’un semestre à un autre leur évolution. Les recettes des MRE prennent une cadence ascendante. Ainsi, la sortie des tentacules de la crise économique mondiale est assurée davantage. Élément indispensable à la bonne tenue des flux financiers, le transfert d’argent alimente sainement l’économie nationale. Aux dernières statistiques de l’Office des changes, les indicateurs sont positifs. Au cours du premier semestre 2011, les envois de fonds des Marocains du monde ont augmenté de 7,1% promettant ainsi une année fructueuse en termes de devises. Les recettes ont dépassé, à fin juin 2011, les 26 milliards de dirhams contre 24,9 milliards de dirhams collectés à la même période de l’année précédente. Une nette progression, sachant que certains pays européens souffrent toujours de la conjoncture économique. C’est le cas de l’Espagne et de l’Italie qui accueillent bon nombre des ressortissants marocains. De par leurs transferts financiers, les cinq millions de marocains résidant à l’étranger ont permis au Royaume d’être au top 5 des destinations africaines qui profitent des transferts d’argent des immigrés. Selon une classification de la Commission économique de l’ONU pour l’Afrique et l’Union africaine, le Maroc occupe le troisième rang, précédé par l’Algérie et l’Egyte et suivi par le Nigeria, le Soudan et la Tunisie. Ces cinq nations s’accaparent, à elles seules, une marge de 75% des transferts de fonds effectués vers le continent africain. En rétrospective, les Marocains du monde ont transféré, sur les huit dernières années, un total de 307,12 milliards de dirhams, soit une moyenne de 38,39 milliards DH par an. L’année 2010 est une date-phare en matière des transferts d’argent. Après deux années consécutives de recul, les transferts des MRE se sont redressés en cette période pour marquer un accroissement de 7,8%, soit un encours de 54,1 milliards de dirhams contre 50 milliards en 2009 et 53 milliards en 2008. En répartissant les recettes MRE par pays, nous constatons que les Marocains de France étaient les plus actifs sur toute l’année. Leurs envois ont grimpé de 40,9% pour s’établir à 22,1 milliards de dirhams en 2010. Sur l’échelle des classements, les Marocains résidant en Espagne occupent la deuxième place avec un total d’envoi de 5,43 milliards de dirhams, soit une hausse de 10%. Une croissance ex aequo avec celle des MRE d’Italie. De même, les transferts de Marocains résidant en Amérique du Nord, principalement au Canada, ont connu une hausse sensible en 2010. Selon les statistiques du ministère chargé de la Communauté marocaine résidant à l’étranger, les Marocains des Etats-Unis ont transféré 2,95 milliards de dirhams au moment où les Marocains établis au Canada ont effectué des envois de l’ordre de 829,6 millions de dirhams en 2010. Cependant, les transferts des Marocains résidant dans les pays arabes restent timides. Seuls les transferts depuis les Emirates Arabes Unis et l’Arabie Saoudite ont pu se distinguer en 2010. Leurs volumes ont atteint respectivement 2,78 (+5,1%) et 1,7 (3,3%) milliards de dirhams. Par contre, une hausse de 0,8% a été recensée au niveau des transferts des MRE du Koweït en 2010 et 0,6% de ceux du Qatar. Les contributions des Marocains d’Oman et du Bahreïn ont progressé de 0,3% en 2010 pour atteindre respectivement un volume de 173,8 et 147,5 millions de dirhams. Les envois depuis la Libye, la Tunisie et le Liban ont augmenté, pour leur part, de 0,1%. Pour faciliter les envois de fonds, les banques marocaines se sont lancées dans cette aventure. Le but étant de développer plusieurs offres sur le marché. Des produits innovants marquent une nouvelle ère des échanges financiers. Le transfert d’argent empreinte, aujourd’hui, des nouveaux canaux. Outre les virements internes, les envois de fonds sont possibles par téléphone et mail. Différents moyens pour renouer les liens avec la mère patrie. Un contact maquillé de solidarité et de générosité.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *