Abderrahim Goumri : «Les pronostics ne donnent aucun favori»

Abderrahim Goumri : «Les pronostics ne donnent aucun favori»

ALM : Comment vous sentez-vous à quelques jours du coup d’envoi des Jeux Olympiques ? 
Abderrahim Goumri : J’ai une lourde responsabilité. Je dois satisfaire les attentes des nationaux. Contrairement à ma première participation aux jeux, la préparation s’est faite cette fois-ci dans de bonnes conditions. En ce moment, je m’entraîne à Guelmim. Je prépare tout seul mon programme.  Toutefois, les athlètes nationaux Abdelkader Mouaziz et Brahim Boulami me soutiennent et me conseillent. Abdelkader Mouaziz est l’un des meilleurs marathoniens sur le plan international. Brahim Boulami est un entraîneur national. Il prend en charge les athlètes nationaux  qui se spécialisent dans l’épreuve du 3000m steeple. A Athènes, j’avais participé à l’épreuve du 5.000m. J’ai terminé parmi les dix premiers. Depuis une année, j’ai opté pour le marathon. J’espère réaliser des titres mondiaux bien que j’ai enregistré de bons chronos dans les épreuves que j’ai courues. Je détiens le record du Maroc du 5.000 m en salle.
C’est le troisième meilleur chrono réalisé au Maroc après celui réalisé par Brahim Lahlafi et Hicham El Guerrouj.        

A quel niveau vous évaluez les chances de cette participation ?
Il est vrai que les athlètes qui détiennent les meilleures performances mondiales seront au rendez-vous, notamment les Kenyans et les Ethiopiens. La concurrence sera rude et les pronostics ne donnent aucun favori.  Les marathoniens participants auront tous des chances d’occuper les premières places. Tout le monde est prêt. Cette année, j’ai réalisé le record du Maroc du marathon qui est de 2 h 5 min 30 sec. Un chrono qui me permis d’entamer avec confiance l’épreuve des Olympiades. A Pékin, je ne serai pas seul. Deux nationaux, en l’occurrence, Jaouad Gharib et Abderrahim Bourramdane se préparent pour cette aventure. Malheureusement, les filles sont absentes dans le marathon. L’athlète Asmae Laghzaoui a opté pour l’épreuve du 10.000 m au lieu du marathon.

Que pensez vous du niveau de l’athlétisme national ? et de la participation féminine à Pékin ?
Généralement, le niveau a régressé.  Les cadets et les juniors ont besoin de formation et des entraîneurs de haut niveau.  Il faut des cadres compétents. La dernière prestation des juniors dans les mondiaux de Pologne n’a pas répondu aux attentes. Il faut un encadrement adéquat pour assurer la relève.

Après les Jeux Olympiques, que comptez-vous faire ?
Après les JO, j’ai envie de me reposer. J’ai couru cinq marathons pendant 2 ans. Je me sens fatigué moralement et physiquement.  Je rêve de décrocher une médaille pour mon pays. dans l’avenir, je voudrais poursuivre mes études dans le domaine sportif.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *