Basket-ball : Suspense jusqu’au bout

Ce week-end, la salle omnisports du complexe sportif Mohamed V de Casablanca sera incontestablement le pôle d’attraction des demi-finales qui mettront aux prises le TSC au MAS et le FUS au Raja. Contrairement à ce qui a été annoncé préalablement, les quatre équipes en lice joueront les demi-finales au finish au lieu d’un match aller et retour. C’est-à-dire qu’en cas d’égalité de victoires, un troisième match décisif aura lieu dans la salle appartenant au mieux classé de la première phase du championnat. L’annulation de ce procédé long et complexe fut annoncée suite à un accord préalable entre le bureau fédéral et les présidents des clubs qualifiés. Le but étant de permettre aux clubs de se libérer prématurément d’une part et pour céder l’opportunité à l’équipe nationale de se préparer dans les meilleures conditions en vue du prochain championnat d’Afrique qui aura lieu du 7 au 17 août 2003 en Egypte d’autre part.
Cependant, rien n’a changé dans la hiérarchie de la grosse balle orange. Les équipes en vue telles que le MAS, le Raja, le TSC et le FUS sans toutefois oublier le WAC qui ne fut éliminé que par le point avérage, mènent le bal comme c’est le cas depuis plusieurs années. Le FUS, une valeur sûre, puise sa force dans sa conduite et une discipline ancestrale qui l’ont toujours distinguée comme étant un grand club. C’est le genre d’équipe qu’on pourrait qualifier de «conservatrice» aussi bien dans l’esprit que dans le style. L’alternance de ses coaches, en l’occurrence Driss El Houari et Rachid Yatribi, n’a pas changé depuis que ces derniers ont rangé leurs baskets. Le style du FUS est sobre, simple mais à dominance défensive. Le champion en titre est en mesure de récidiver encore une fois.
Le MAS, toujours sous l’effet du choc suite à sa déconvenue en coupe le week-end dernier face au TSC, est en mesure de montrer un nouveau visage lors de ce dernier carré d’as. Un club au palmarès éloquent avec plus de 11 titres est toujours en mesure de réaliser de belles performances sous la houlette de son coach Hassan Benkhadouj.
Le Raja de Casablanca demeure une grande équipe du basket national et joue en roue libre en mettant le feu sur tous les parquets où il se produit. Ses succès à domicile ou en déplacement, sont ébouriffants. Cependant, les Vert et Blanc sont qualifiés par certains de SDF et si ce problème potentiel trouvera la solution adéquate, on verra alors un Raja avec un autre visage. Mais tout ce processus n’empêchera en aucun cas les protégés de Bouchaïb El Guers d’atteindre leur objectif après leur contre-performance en coupe du Trône.  Le TSC demeure toujours égal à lui-même. Sa nouvelle prestation en coupe du trône en dit long sur ce prestigieux club qui ne cesse de surprendre par sa qualité technique et physique, son automatisme et sa cohérence. Jamais dépassés par les événements, les tabagistes ont toujours su garder la tête sur les épaules même dans les moments les plus difficiles. Les détenteurs de la coupe du Trône de l’édition 2002-2003 visent le doublé qui paraît à leur portée si les Fassis ne se vengent pas.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *