Charleroi attaque la FIFA

Le G14, association de 18 clubs parmi les plus puissants d’Europe, a profité de la procédure belge pour devenir partie prenante de plein droit de la procédure et "faire valoir son point de vue qui est identique à celui de Charleroi", a indiqué à l’AFP Maître Jean-Louis Dupont, avocat du G14. Charleroi s’estime lésé après qu’un de ses joueurs, le Marocain Abdelmajid Oulmers, s’est blessé avec son équipe nationale. Les premières plaidoiries sont fixées au 19 septembre. Oulmers s’était rompu le ligament de la cheville gauche le 17 novembre 2004 lors d’un match face au Burkina-Faso. Il avait dû subir une opération, aux seuls frais de Charleroi, et observer une période d’inactivité de huit mois. Charleroi estime n’avoir pas eu la "jouissance" de son joueur alors que ce dernier continuait d’être payé par le club. "La FIFA abuse de sa position en organisant des matches avec des joueurs payés par d’autres", se plaint régulièrement le G14.  D’après Me Deprez, Charleroi remet en cause plusieurs articles du règlement de la FIFA qui seraient contraires aux dispositions du traité de l’Union européenne. Les articles 36 à 40, 81 et 82 restreignent la libre concurrence et constituent, selon le club, un abus de position dominante. Selon les articles 36 à 40 du règlement de la FIFA, un club, même contre sa volonté, est obligé de libérer un joueur international. L’article 37 stipule que le club mettant son joueur à disposition n’a droit à aucune indemnité financière et qu’il est seul responsable pour la prise des polices d’assurance.
Ces articles sont préjudiciables aux clubs, sportivement et financièrement, estiment Charleroi et le G14, qui avait déposé une plainte similaire voici un an auprès de la Commission suisse de la concurrence.
"Il faut clarifier une fois pour toutes si ces règlements sont légaux. C’était important pour nous de prendre part à la procédure", a affirmé Thomas Kurth, manageur général du G14.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *