Coupe Davis : Un tournant crucial

Jouer dans le groupement mondial veut dire faire partie du gotha international et figurer parmi les 16 meilleures formations mondiales aux côtés des Etats-Unis, l’Espagne, la Russie, la France, l’Australie et les autres. Pour y arriver, il faut d’abord être le meilleur de sa zone avant d’accéder à la rencontre qualificative aux barrages. Grâce à nos vaillants joueurs Younès El Aynaoui, Hicham Arazi et Mounir Laâraj, le Maroc a brillamment franchi tous ces obstacles. La rencontre qualificative aux barrages, le Maroc l’a remportée contre l’Italie (3-2) à Marrakech. En match barrage, les Marocains l’ont remportée (3-1). La 5e rencontre n’a été qu’une formalité face à l’Angleterre.
Le choix de la ville d’Agadir pour abriter cette «première» n’est pas fortuit. «Nous allons mettre tous les atouts de notre côté», avait suggéré Younès En Aynaoui dès qu’il avait appris la nationalité de l’adversaire.
Les Argentins sont réputés pour leur préférence de la terre battue, nous aussi ; mais nous allons leur réserver une surprise. Nous allons jouer dans une salle couverte, sur une surface rapide. Encouragés par les autorités gadiries qui ont promis de rénover la salle et de la tapisser en Grin-set, le président de la FRMT et les organisateurs n’ont émis aucune réserve à cette initiative qui de surcroît, comme l’a signalé Mohamed M’jid lors d’une conférence de presse, va contribuer au développement du tourisme dans la belle cité balnéaire.
L’enjeu de la rencontre Maroc-Argentine est capital. Il s’agit soit de la remporter et d’aller de l’avant, vers les quarts et demi-finales et le reste, soit de laisser passer l’occasion et revenir au point de départ. Autrement dit, jouer encore un match qualificatif et les barrages pour réintégrer le groupement mondial. Le n°1 national et 11e mondial, après une slalomeuse prestation à l’Open d’Australie, ainsi que ses camarades Younès El Aynaoui, Mounir Laâraj, Mehdi Tahiri et l’étoile montante le jeune Mehdi Ziadi, auront à affronter un dur du Top100. Le n°1 argentin Coria Guillermo est classé 88e… mondial et son équipier Nalbandian est quant à lui 13e ATP. Mais la différence ne réside pas là. Car dame Coupe est capricieuse et ses verdicts ne sont jamais connus d’avance. Les surprises qu’elle réserve ne se comptent pas.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *