Coupe du monde 2026 : Le dossier du Maroc fin prêt

Coupe du monde 2026 : Le dossier du Maroc fin prêt

En dépit du poids que représente la candidature du trio concurrent composé des Etats-Unis, du Canada et du Mexique, le Maroc dispose de toutes les chances d’abriter cet événement planétaire.

Le Maroc n’est plus qu’à trois dates seulement avant de connaître ce que le sort réservera à sa candidature pour abriter la Coupe du monde 2026. Le 16 mars est la date que prévoit la FIFA pour la soumission des dossiers de candidature.

Le comité de candidature du Maroc a déjà entamé la promotion du dossier pour réussir son opération séduction et envoyer par la même occasion un signal fort à qui de droit. Avant cette date butoir, un travail considérable en amont a été fait. Ledit comité s’était réuni le 24 février avec une délégation de la FIFA afin d’échanger autour des aspects clés de la candidature du Royaume.

Lors de cette réunion, les deux parties ont notamment exploré dans le détail de nombreux volets liés aux garanties gouvernementales et autres aspects juridiques.

Cette rencontre a été l’occasion de réaffirmer l’engagement total et sans faille du gouvernement marocain pour organiser une Coupe du monde «impeccable, satisfaisant l’ensemble des conditions» et répondant au cahier des charges de la FIFA.

En dépit du poids que représente la candidature du trio concurrent composé des Etats-Unis, du Canada et du Mexique, le Maroc dispose de toutes ses chances bien que ce duel paraisse pour nombreux tel un combat entre David et Goliath.

Pour rafraîchir les mémoires frappées d’amnésie, le Maroc a déjà déposé sa candidature à quatre reprises (1994, 1998, 2006, 2010). Cependant, aucune n’a été retenue. De l’eau a coulé sous les ponts et le Royaume s’appuie aujourd’hui sur de nombreux atouts ainsi que sur ses grandes réalisations tous azimuts.

L’acceptation du dossier est une étape cruciale. David possède tous les atouts nécessaires pour prendre le dessus sur Goliath malgré les normes techniques de la Fifa qui ont été durcies.

Le ministre de la jeunesse et des sports, Rachid Talbi Alami, avait avancé que pas moins de 112 normes concernent uniquement les stades. Il a expliqué dans ce sens qu’en plus des nouveaux stades programmés, ceux existants seront mis à niveau car les normes internationales ont changé. «L’enveloppe consacrée aux infrastructures oscillera selon les premières estimations entre 8 et 10 milliards de dirhams. Il s’agit d’un montant tout à fait supportable par le budget général de l’Etat», précise-t-il.

L’identité des villes choisies pour accueillir les matchs de la Coupe du monde 2026 a également été dévoilée. Dans le cas où la candidature marocaine est retenue, Casablanca, Marrakech, Rabat, Fès, Oujda, Tanger, Tétouan, Nador, Meknès, El Jadida, Agadir et Ouarzazate seront les villes hôtes.

Pour éclairer l’opinion publique sur l’offre technique du Maroc, le président du comité de candidature tiendra ce samedi une conférence de presse, soit le lendemain du dépôt du dossier.

Fort de son développement soutenu, de sa position géographique stratégique ainsi que de son côté sécuritaire, le Maroc n’a rien à envier à son concurrent.

La chaîne de télévision russe Russia Today (RT) en a fait l’écho. Malgré la forte émulation posée par la candidature conjointe du trio, «le Maroc dispose d’infrastructures modernes et un réseau routier et autoroutier unique en Afrique, à même de lui permettre d’être choisi pour accueillir cet événement sportif de dimension planétaire», note RT dans un bulletin d’information diffusé mardi, avant d’ajouter que ce rêve marocain peut devenir réalité cette fois-ci lors de l’annonce du pays hôte le 13 juin prochain, et faire ainsi du Maroc le deuxième pays africain à organiser la Coupe du monde après l’Afrique du Sud en 2010.

Le soutien au Maroc provient également de la Confédération africaine de football. «En tant que président de CAF, j’estime que c’est un honneur pour toute l’Afrique de se positionner comme candidat à la Coupe du monde en 2026», a indiqué M. Ahmad tout en précisant que la candidature marocaine représente une fierté pour tout le continent et appelant tous les pays africains à soutenir et à prendre acte de cet engagement. Loin de toute superstition qui accorde tout bonnement au chiffre 5 nombreux pouvoirs, la cinquième tentative du Maroc promet d’être exceptionnelle à même d’écarter la candidature du trio Etats-Unis, Canada, Mexique de la course.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *