Finale retour de la Ligue des champions d’Afrique : Le scandale de trop

Finale retour de la Ligue des champions d’Afrique : Le scandale de trop

La FRMF contre-attaque et hausse le ton

La valeur sportive de l’événement était dévaluée et l’amateurisme coupable des organisateurs a davantage enfoncé le football africain.

Cela va faire pratiquement un an que l’international marocain Noureddine Amrabet avait sorti cette fameuse phrase : «Var is bullshit» lors du choc Maroc-Espagne (2-2) en Coupe du monde Russie 2018 . Il avait vertement critiqué l’arbitrage vidéo. Une nouvelle fois, cette expression consomme aujourd’hui tout son sens.

A l’occasion de la finale retour ayant opposé vendredi le Wydad de Casablanca à l’Espérance Sportive de Tunis au stade de Radès, ce qui devrait être considéré comme un progrès technologique qui tend à assister les arbitres a été fortement conspué.

Alors que l’Espérance de Tunis menait 1-0, l’égalisation du WAC a été invalidée par l’arbitre jugeant que le buteur, Walid El Karti, était en position de hors-jeu. Les Wydadis ont alors réclamé légitimement la vérification par la VAR. En vain: elle était hors service! Furieux, ils ont décidé de quitter la pelouse et quelques échauffourées ont éclaté, entraînant l’intervention des forces de l’ordre. L’ambiance s’est ensuite calmée, pour laisser place à une longue séquence de temps suspendu, avec d’interminables palabres sur le terrain entre des officiels de la CAF, des membres des staffs et des deux équipes.

Au bout du compte, l’arbitre gambien Bakary Gassama -qui, soit dit en passant, a officié deux matchs d’affilée de l’EST à domicile- a sifflé la fin définitive du match, désignant de fait l’Espérance Tunis vainqueur.

Suite à ce scandale qui expose grandement la Confédération africaine de football à de fortes critiques, la Fédération marocaine de football a annoncé samedi qu’elle allait saisir la Fifa et le Tribunal arbitral du sport.

«Nous avons décidé de saisir la Fifa et le TAS pour présenter toutes les réserves et documents concernant ce match», a déclaré le président de la FRMF Fouzi Lekjaà.

Après un match aller déjà marqué par la controverse, la finale retour de la compétition a tourné au fiasco.

La presse internationale s’est intéressée à cet incident monstrueux, notamment tunisienne.

«Kapitalist» a fait observer que l’EST «a été sacrée…par décision de la CAF aujourd’hui, samedi 1er juin 2019, vers 00h45, près de 3 heures après le coup d’envoi de la finale donnée hier soir, à 22H et une interruption de la rencontre devenue pourrie et à haut risque à la 61è minute». La publication fait remarquer que les images de cette finale ont davantage éclaboussé le football africain à moins d’un mois de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en Egypte.

«Les images faisaient honte» et sont «indignes d’un match d’une telle importance», note le journal, estimant que la valeur sportive de l’événement était dévaluée et l’amateurisme coupable des organisateurs a davantage enfoncé le football africain.

«N’allez donc pas chercher très loin la très faible représentativité (du football africain) sur le plan international car on avait devant les yeux, à l’occasion de cette finale, la cause principale de son incapacité de se hisser au palier supérieur», lance-t-elle, soulignant qu’il s’agit encore d’une mascarade qui ne sera jamais sanctionnée.

Dans la foulée, la CAF a annoncé, «suite aux événements» et «l’arrêt du match», la convocation d’«un comité exécutif d’urgence mardi pour débattre des issues réglementaires à réserver à cette rencontre». A l’issue d’une réunion extraordinaire à laquelle ont participé des représentants du Wydad, la Fédération marocaine a indiqué «préparer» cette réunion «qui sera consacrée au sort juridique de ce match».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *