Hormis le Cameroun: L’indécision plane sur les équipes du groupe A

Hormis le Cameroun: L’indécision plane sur  les équipes du groupe A

En se montrant encore incapables de gagner, les Panthères ont ranimé le spectre d’une élimination prématurée dès la phase de poules, ce qui serait une première depuis la Tunisie en 1994 pour un pays hôte.

A l’issue du premier tour, on pourrait bien revoir à un scénario vieux de 23 ans. Le Gabon, pays hôte de cette nouvelle édition de la Coupe d’Afrique des Nations, pourrait bien quitter la compétition très tôt. Suite à leurs  deux premières rencontres, les Gabonais ont été peu convaincants, ne profitant ni du terrain ni du soutien du public et se contentant de collecter pauvrement le petit point qu’offre le résultat nul.

En se montrant encore incapables de gagner, les Panthères ont ranimé le spectre d’une élimination prématurée dès la phase de poules, ce qui serait une première depuis la Tunisie en 1994 pour un pays hôte.

Ils se sont fait une belle frayeur mercredi à Libreville contre le cours du jeu quand le Burkina Faso a ouvert le score par Préjuce Nakoulma (23e), tout heureux de voir les deux défenseurs sur son dos se trouer l’un après l’autre. Mais avec Pierre-Emerick Aubameyang, le Gabon compte en ses rangs un joueur capable de le sortir de bien mauvaises situations. Comme face à la Guinée-Bissau, la star de Dortmund a encore frappé, cette fois sur penalty (38e), pour maintenir l’espoir.

Les minutes restantes n’enregistreront aucun changement dans le résultat et les deux sélections se quittent dos à dos.

Pour la qualification, «tout dépend encore de nous», a rassuré Camacho, en prenant l’exemple de la Côte d’Ivoire, vainqueur en 2015 en ayant débuté par deux nuls… «C’est peut-être de bon augure».

Le sélectionneur peut même appuyer la comparaison: il y a deux ans, les Eléphants ivoiriens s’étaient qualifiés pour les quarts en battant le Cameroun… le prochain adversaire des Gabonais, ce dimanche !

Les Camerounais qui, malgré un relâchement manifeste, ont fini par renverser la vapeur et prendre une option sur la qualification en battant au forceps la Guinée-Bissau (2-1). Ils aborderont le choc contre le Gabon avec plus de sérénité que le pays hôte. Les Lions Indomptables pourront assurément se préparer avec moins de pression, même s’ils n’ont guère montré de garanties dans le jeu contre la Guinée-Bissau.

Longtemps, ils ont couru derrière le score. D’un raid victorieux de plus de 60 mètres (13e), Piqueti a rappelé que la Guinée-Bissau n’était pas à Libreville pour faire de la figuration pour sa première participation.

Les Bissau-Guinéens ont même été proches du break, avant que deux frappes lointaines de Sébastien Siani (61e) et Michael Ngadeu-Ngadjui (78e) ne remettent de l’ordre dans la maison Cameroun.

Les prochains matchs du groupe A se dérouleront ce dimanche à 19h00 mettant aux prises le Gabon au Cameroun et la Guinée-Bissau au Burkina Faso. Des rencontres très relevées où tous les scénarios sont plausibles.

Ils ont dit…

Hugo Broos,  sélectionneur du Cameroun

«En 1ère période, on n’était pas dignes d’être appelés les Lions indomptables, on était des Lions domptables. Je n’ai jamais vu l’équipe si faible. Il n’y avait rien, ni hargne ni combativité, aucun jeu collectif. J’espère que dans les prochains matches nous ne verrons plus la pâle copie de la première mi-temps.

Je pense qu’on mérite de gagner ce match sur la 2e période. Le jeu s’est fluidifié, il y a eu plus de mouvement et c’est ainsi que nous avons pu trouver des brèches. Nous sommes venus ici avec pour premier objectif de passer le premier tour.»

Baciro Candé, sélectionneur de Guinée-Bissau

«Mon équipe s’est bien défendue. Elle a fait une très belle première période. Nous avons marqué, nous aurions pu inscrire un 2e but. Mais dans la deuxième partie, nous avons connu des failles.

Nous avons perdu, nous l’acceptons. Il y a un match. Il nous reste lieu d’espérer. C’est à nous de gagner le prochain match contre le Burkina Faso. C’est la seule stratégie.»

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *