Jaouad Gharib reste confiant en ses capacités

Jaouad Gharib reste confiant en ses capacités

Arrivé mercredi 27 août, vers  à 20h à l’aéroport Rabat-salé, le médaillé d’argent au marathon olympique Jaouad Gharib, a été accueilli par Karim Akkari, secrataire général du ministère de la jeunesse et des Sports et Abdeslam Ahizoun, président de la Fédération royale marocaine d’athlétisme (FRMA).       
«Malgré mes 36 ans, je sens que je suis encore capable de courir. L’âge n’est pas un obstacle pour moi», a déclaré Jaouad Gharib. Gharib est fier de ce qu’il a réalisé dans la course du marathon en décrochant une médaille d’argent derrière un jeune Kényan. Pour lui, les conditions de la course qui a connu un nouveau record olympique de 2h 6min 32 sec, étaient difficiles, notamment le climat. Gharib a souffert des douleurs dans son estomac et son pied. Sa performance intervient 48 ans après un exploit similaire réalisé par Feu Abdeslam Radi en 1960 au marathon de Rome. Cette performance du marathonien Gharib est de nature à inciter l’attention sur cette discipline qui peut devenir un important pourvoyeur de médailles pour le pays. «Le marathon peut devenir une spécialité marocaine. Nous avons près de 15 marathoniens qui disposent du minima. En plus les plus prestigieux marathons du monde sont souvent marqués par une bonne présence des Marocains», a renchérit Mustapha Aouchar, directeur technique national. Lors de la préparation des JO 2008, les trois meilleurs marathoniens ont été sélectionnés pour défendre les couleurs nationales sur la base de leurs performances en 2007. Les marathoniens qui étaient présents lors de la course sont Abderrahamane Bouramdane, Abderrahim Goumri et Jaouad Gharib. Pour la première fois, selon Aouchar, une stratégie a été mise en œuvre par la Fédération dès le début de cette année afin de permettre aux marathoniens de se préparer tôt. Cette démarche coupe avec le passé où la désignation des représentants du Maroc au marathon se faisait seulement quelques mois avant les JO. Un stratégie qui a donné ses fruits. Le marathonien Jaouad Gharib eu égard à son palmarès méritait mieux que l’argent. La course était loin d’être facile vu les tactiques empruntées par les autres marathoniens, notamment, les Ethiopiens, les Kényans et les Eryteriens lors de ce dimanche 28 août à Pékin. Ils s’imposent de jour en jour dans les épreuves du demi-fond et du fond. «J’ai essayé  de contrecarrer les manœuvres de mes adversaires, notamment, Ethiopiens et Kényans, j’ai heureusement pu coller au peloton de tête jusqu’aux derniers mètres. Mais je n’ai pas pu suivre le rythme du Kényan, Samuel Kamau Wanjiru, vainqueur du marathon et je suis entré deuxième», a-t-il expliqué. «J’aurais aimé que l’hymme national retentisse à Pékin. Toutefois, le drapeau marocain a flotté dans le ciel de la capitale chinoise», a dit le champion marocain, assurant que la Fédération a présenté tous les moyens nécessaires pour disputer ces joutes dans les meilleures conditions.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *