«Je ne démissionnerai point»

«Il n’est pas question que je démissionne ». C’est en ces termes purs et simples que nous a répondu Mohamed M’jid, président de la fédération royale marocaine de tennis, quand la question sur son éventuel départ de la tête de la FRMT. Contacté par « Aujourd’hui le Maroc », le doyen des dirigeants sportifs a déclaré n’avoir nullement l’intention de tirer sa révérence. « Je serai toujours au service su sport et du tennis marocain tant je suis plébiscité ».
L’information selon laquelle M’Jid s’apprête à jeter sa raquette n’a donc pas lieu d’être.
Et pour preuve, la FRMT organise ce samedi une conférence de presse au complexe sportif Al-Amal. L’objectif principal, selon lui, est de tenter de « mettre fin au sabotage dont le complexe Al-Amal fait l’objet de la part de certains responsables communaux ». « Il est inconcevable que le complexe, entre autres installations sportives, soit l’apanage des communautés urbaines ». Encore un revirement de la situation dans un « conflit » qui ne date pas d’hier. Certains responsables communaux se sont longtemps opposés à ce que les installations sportives, propriétés des communautés urbaines, soient gérées par la fédération.
Le complexe pré-cité, qui fait figure de siège de la Fédération, en fait partie. L’accord officieux conclu entre les deux protagonistes, stipulant que la fédération avait le droit d’y siéger, est sujette à révision. Egalement à l’ordre du jour de cette conférence, comme l’indique M’jid, la volonté du bureau fédéral d’aller au-delà des résultats on ne peut plus positifs qu’enregistre le tennis national et d’établir les moyens et mécanismes à même de garantir la pérennité de ce sport.
«Certes, on est actuellement au top niveau, mais il ne faut pas s’arrêter là. La relève doit être assurée. Nous nous devons d’oeuvrer dans ce sens».
Autre préoccupation de la fédération, les trois grands événements tennistiques de l’année, à savoir le Grand Prix Hassan II, qui aura lieu du 6 au 14 avril, le Prix de la Princesse Lalla Meryem (tournoi Sanex) et l’assemblée générale de la Fédération internationale de tennis, prévu du 10 au 12 juin qui aura lieu à Marrakech. Grand militant du temps du pretectorat délégué du Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR) depuis 1968 et membre actif de la société civile, M’jid est également une figure emblématique du tennis national. Sa flamme n’est pas prête de s’éteindre. Tant mieux !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *