Les colons du football

Les colons du football

Joseph Blatter est mécontent. Dans une interview publiée mercredi par le quotidien britannique l»e Financial Times», le président de la Fédération internationale de football (FIFA) a laissé éclater sa colère. « Je trouve malsain, sinon abject, que des clubs riches envoient des éclaireurs faire du shopping en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie pour y acheter les joueurs les plus prometteurs», a-t-il déclaré. Et d’ajouter : «Les grands clubs européens se conduisent de plus en plus comme des néo-colonialistes qui se moquent éperdument de l’héritage et la culture de ces pays pour se livrer à un pillage social et économique en dérobant aux nations en voie de développement leurs meilleurs joueurs». Joseph Blatter n’a donc pas mâché ses mots. «Si nous ne sommes pas attentifs, le football risque de dégénérer et de se transformer en un jeu cupide, une tendance à laquelle je m’opposerai avec force». Pour le président de l’instance internationale, le football anglais en est la preuve. «Les clubs anglais remplissent leurs équipes de joueurs importés de l’étranger uniquement pour gagner le plus d’argent possible», a-t-il estimé. Le Suisse va encore plus loin. «De nombreux clubs ne méritent plus d’être considérés comme des formations anglaises vu qu’ils sont dominés par les légionnaires étrangers faisant seulement allégeance à leurs employeurs, quels qu’ils soient, qui les recrutent souvent pour des sommes allant de 30.000 livres (53.000 dollars) à 50.000, voire 100.000 livres, la semaine». A propos de Rio Ferdinand, le joueur anglais accusé de ne pas s’être soumis en septembre à un test antidopage et qui continue de jouer pour son club Manchester United, Joseph Blatter qu’il est du devoir de sa fédération d’intervenir si elle constate ce genre d’agissements. «Si la FIFA constate ce genre de chose, il est de son devoir d’intervenir. C’est le seul moyen de s’assurer que la loi est la même pour tout le monde, riche ou pauvre». «La FIFA ne peut accepter de traitements à la carte», a-t-il martelé. A ce sujet encore, le patron du football mondial s’en est pris aux clubs. « Si les clubs son incapables de contrôler leurs joueurs, qui peut le faire? ». Il est à signaler que Rio Ferdinand avait quitté le centre d’entraînement de Manchester United le 23 septembre à l’issue d’un entraînement, alors même que des officiels l’attendaient pour lui faire subir un contrôle antidopage. Il est accusé d’avoir contrevenu à l’article E26 du règlement antidopage qui concerne le manquement ou le refus d’un joueur de se soumettre à un contrôle antidopage réclamé par un officiel. Le joueur doit être entendu par une commission de la Fédération anglaise jeudi, et éventuellement vendredi.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *