L’Europe prend l’ascendant sur les autres continents

L’Europe prend l’ascendant sur les autres continents

Réputée technique et joueuse, comme on avait pu le voir contre l’Argentine en phase de poules (3-0), son seul match abouti du tournoi, la Croatie a été  laborieuse.

Les quarts de finale du Mondial russe ont été fatale pour l’un des favoris de la compétition qu’est le Brésil. Certes, le duel qui l’opposait à la Belgique était bouillant, mais de là à le voir éjecté de la course, cela a fait écarquiller plein d’yeux. Depuis l’édition 1934, deuxième édition de cette compétition planétaire, le Brésil et l’Allemagne qui apparaissaient systématiquement en demi-finale de la Coupe du monde, ne seront pas au dernier carré.

Cette édition confirme la domination de l’Europe sur le football mondial avec un dernier carré exclusivement européen.

Dans les faits, les Diables Rouges ont éliminé la Seleçaõ dans un match d’une rare intensité vendredi à Kazan (2-1). Les coéquipiers d’Eden Hazard accèdent au dernier carré d’un Mondial pour la première fois depuis 1986. Le sort a rapidement choisi son camp dans ce match. À la 8ème minute, Thiago Silva trouve le poteau droit de Courtois. 5 minutes plus tard, Fernandinho dévie un corner dans ses propres filets et donne bien involontairement l’avantage à la Belgique. A la demi-heure de jeu, Kevin De Bruyne double la mise du pied droit après un excellent travail de Romelu Lukaku. La suite du match est un festival de Thibaut Courtois dans les buts. Le gardien de Chelsea multiplie les exploits pour maintenir l’avance des siens. Renato Augusto trouve tout de même la faille de la tête à un 1/4 d’heure de la fin. Après une dernière parade de Courtois, main opposée, l’arbitre envoie le Brésil à la maison. Il n’y a plus de pays sud-américain engagé dans la compétition. La Belgique rejoint donc la France en demi-finale de la Coupe du monde. Les deux nations voisines s’affronteront mardi à 19h00.

Les Bleus se sont qualifiés en dominant l’Uruguay (2-0) grâce à des buts de Raphaël Varane et Antoine Griezmann. Les vice-champions d’Europe ont d’ores et déjà atteint leur objectif d’être dans le dernier carré de la Coupe du monde russe, après s’être arrêtés en quarts de l’édition précédente au Brésil. Didier Deschamps est désormais tranquille jusqu’en 2020, terme de son contrat. La France n’avait jamais battu l’Uruguay en Coupe du monde. C’est désormais chose faite. Il y avait de la revanche dans l’air.

La tâche a toutefois été plus abordable pour les Anglais qui n’ont véritablement pas trop souffert avant de décrocher leur ticket pour les demi-finales. Deux coups de boule de Harry Maguire (30) et Dele Alli (59) ont envoyé les Trois Lions dans le dernier carré. Mais ces buts récompensent la volonté de jouer travaillée par Gareth Southgate, et punissent l’austérité suédoise.

Les Vikings étaient parvenus jusqu’au territoire des quarts de finale grâce à leur solidité, mais ils ont cette fois mal défendu contre les Anglais.

Leur parcours reste remarquable, après douze ans d’absence en Coupe du monde. Ils ont éliminé les Pays-Bas et l’Italie sur la route, puis l’Allemagne en poules et la Suisse en 8e (1-0). Mais ils ont raté l’occasion d’entrer pour la cinquième fois dans le dernier carré, après 1938, 1950, 1958 (finalistes) et 1994.

Il fallait peut-être que l’austère Janne Andersson ose un peu plus. Il n’a lancé ses hommes à l’assaut qu’à 2-0. Mais les Jaunes ont buté sur Jordan Pickford. Si le passage au dernier carré fut assez abordable pour l’Angleterre, cela ne serait pas le cas en demi-finale puisque le nouvel adversaire n’est autre que la Croatie. Bien que celle-ci ait été obligée de passer une nouvelle fois par les tirs au but pour se débarrasser de la Russie (2-2 a.p., 4-3 t.a.b.) dans un match plein de rebondissements, elle reste dangereuse.

La Croatie retrouve le dernier carré pour la deuxième fois de son histoire, après sa belle épopée de la Coupe du monde 1998, où elle avait buté sur la France en demi-finale.

Mais elle qui s’était déjà montrée bien laborieuse en huitième de finale contre le Danemark (1-1, 3-2 t.a.b.), a montré quelques imperfections pour battre une surprenante Russie courageuse mais limitée.

Réputée technique et joueuse, comme on avait pu le voir contre l’Argentine en phase de poules (3-0), son seul match abouti du tournoi, la Croatie a été  laborieuse.

«Encore du drame pour nous !
On n’a pas bien joué en première période, on n’a pas contrôlé le match comme on le souhaitait»,
a noté le capitaine Luka Modric. «En seconde période c’était mieux mais malheureusement nous n’avons pas pu tuer le match. On a encore montré du caractère. On est en demi-finale et on va apprécier ce match. On a assez de temps pour se reposer et bien préparer cette rencontre».

La Russie, qui avant même cette rencontre pouvait considérer son Mondial comme réussi, doit même nourrir de sérieux regrets : à peu de choses près elle aurait pu égaler sa glorieuse aînée de 1966, qui était alors l’Union soviétique, demi-finaliste du Mondial-1966 où elle avait buté sur la République fédérale d’Allemagne (2-1).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *