Liga : le Real Madrid s’incline à Santander

Le Real Madrid, qui menait pourtant 1-0 depuis la 33e minute et le but de Raul, mais réduit à neuf, s’est fait surprendre à Santander par deux penalties d’Ezequiel Garay dans le dernier quart d’heure, samedi, lors des matches avancés de la 30e journée du Championnat d’Espagne.
Le Real reste donc scotché à la troisième place, à un point du deuxième, le FC Séville, en déplacement délicat à Valence (5e) dimanche pour le match au sommet de la journée. Pour sa part, le double tenant du titre et leader du FC Barcelone, qui reçoit Majorque, a l’occasion de creuser l’écart sur ses poursuivants immédiats et porter à cinq longueurs son avance sur l’ennemi merengue. Après huit matches sans défaite, l’équipe de Fabio Capello a donc raté une belle occasion. Car, un succès lui aurait permis de se porter en tête de la Liga pour la première fois depuis 18 mois, même si ce n’est que provisoirement.
«Nous avons joué un bon match -l’un de nos meilleurs de l’année- sur un terrain difficile, a analysé Fabio Capello. Nous avons dominé la première période, et le Racing a profité de deux penalties» (pour nous battre). «Sur le second penalty, mes joueurs étaient en train de discuter avec l’arbitre à propos d’un coup franc», s’est emporté le technicien italien dont l’équipe a terminé la rencontre à neuf après les exclusions de Ivan Helguera et Alvaro Mejia. Garay, décidément l’homme du match, était à l’origine du but de Raul : un mauvais dégagement de l’Argentin était contrôlé par son compatriote Gonzalo Higuain qui servait son capitaine, démarqué dans la surface. D’un tir du pied gauche, il envoyait le ballon glisser sous le gardien Tono Rodriguez.
Le Real contrôlait tranquilement la partie, avec même deux nouvelles occasions d’aggraver la marque. Mais une faute de Diarra sur Scaloni permettait à Garay d’égaliser (73e). Quatre plus tard, Helguera quittait ses camarades pour un second carton jaune.
Et juste à la fin du temps réglementaire, le Ballon d’or et joueur Fifa de l’année, l’Italien Fabio Cannavaro commettait l’irréparable dans la surface sur Zigic. Garay ne tremblait pas pour donner la victoire à son équipe.
Pour le Real, la défaite a été rendue plus amère encore par l’exclusion dans le temps additionnel de Mejia pour une faute sur l’attaquant Munitis.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *