MAROC-GUINÉE : pas de droit à l’erreur

La rencontre devant mettre aux prises, samedi  prochain, le Onze national et son homologue guinéen au complexe sportif Prince  Moulay Abdellah à Rabat, comptant pour la 6-ème journée des éliminatoires  combinées du mondial et de la CAN 2006 (groupe 5), constitue une étape décisive  devant les Lions de l’Atlas pour décrocher leur billet de passage pour les  phases finales.
Afin d’atteindre cet objectif, le onze national auréolé par sa dernière  victoire haut la main sur le Kenya, n’a d’autre choix que d’engranger les  trois points du match et par la même envisager le reste des compétitions avec  sérénité et confiance. Les Lions de l’Atlas auront ainsi l’avantage de jouer à  domicile trois rencontres le Guinée le 26 mars), Malawi (4 ou 5 juin) et le  Botswana (3 ou 4 septembre), rencontres qu’il ne faut en aucun cas perdre, car  il y a 9 points en jeu.
La sélection nationale est acculée à se concentrer sur ces matches pour  trancher les débats et éviter les calculs et les attentes de fin de parcours  avec leur lot de surprises, surtout que lors des deux derniers matches, les  Lions de l’Atlas évolueront loin de leurs bases contre le Kenya (18 juin) et la  Tunisie (8 ou 9 octobre). Le coach Baddou Zaki aspire à ce que la dernière  rencontre contre les Aigles de Carthage aura un caractère formel sans plus.
Le sélectionneur national a émis le souhait de voir le Onze marocain,  leader du groupe 5, réaliser un résultat positif lors du duel de samedi contre la Guinée, son poursuivant direct. Pour Zaki, la rencontre de samedi ne sera  pas différente de la précédente surtout que ses protégés connaissent  parfaitement leurs adversaires, ce qui est de nature à leur faciliter la tâche.
En dépit des difficultés que peut poser la Guinée, qui affiche les mêmes  ambitions, à savoir représenter le continent africain aux phases finales de la  Coupe du monde et pour lesquelles elle ne ménagera aucun effort pour garder  intactes ses chances, les amis du capitaine Noureddine Naybet, qui sera  probablement absent en raison d’une blessure, sont en mesure de surclasser leur  adversaire du jour et augmenter leur score et, par la même, réconforter leur  place de leader du groupe 5.
En perspective d’un retour avec un résultat positif de Rabat, l’entraîneur  de la sélection guinéenne, le Français Patrice Neveu, qui connaît bien le  football marocain vu qu’il a dirigé le club Sporting de Salé, a convoqué tous  les professionnels, notamment ceux évoluant en Europe tels Pascal  Feindouno  (Saint Etienne- France) qui a rejoint la troupe guinéenne en concentration à  Marseille.
Lors de son passage à Rabat, la sélection guinéenne qui comprend de  meilleurs éléments dans ses rangs, entend préserver ses chances de  qualification pour le mondial 2006 en évitant la défaite, synonyme d’handicap  difficile à surmonter. Pour mémoire, l’un des chocs entre les deux sélections remonte à 1976 à  Addis Abeba, au cours duquel les Lions de l’Atlas ont été couronnés champions  d’Afrique au terme d’un match nul (1-1).
Au niveau des éliminatoires, les deux équipes se sont rencontrées en 1973  pour le compte du mondial 1974. Le match aller à Conakry s’était soldé par un  score nul (1-1), et au retour à Tétouan,  le Maroc l’avait remporté par deux  buts à zéro. Le Maroc occupe actuellement la 1-ère place du groupe 5 avec 9 points (deux   victoires sur Le Botswana 0-1 et le Kenya 5-1, trois nuls devant le Malawi, la  Tunisie et la Guinée 1-1) à une longueur de la Guinée. Les équipes du Botswana  et Kenya se départagent la 3-ème place avec 6 points, suivies de la Tunisie (5  points) et le Malawi ferme la marche avec 3 points. La Tunisie et le Kenya ont  un match en moins.

• Abdelhafid Mansouri

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *