Mourad ou la volonté d’aller de l’avant

Mourad Moutaouakkil, le journaliste sportif de 2M peut se targuer d’avoir récolté le fruit du sérieux et de la volonté de réussir. La consécration de l’émission «Planète flot » qu’il anime en compagnie de Lino Bacco par le festival des «Jamours» vient de ponctuer tous les chemins sinueux qu’il a traversés. Car c’est à un véritable parcours de combattant auquel il s’est essayé pour arriver au journalisme sportif. Fils de l’ancien président du Chabab de Mohammedia, Mohamed Moutaouakil, Mourad a attrapé le virus du sport depuis son bas âge. Ayant perdu sa mère à l’âge de deux ans, son père l’a fait trimbaler dans tous les stades du football du Royaume. Depuis il ne rêvait que de devenir journaliste sportif avec une préférence pour le plateau de la télévision. Mais ses études l’ont mené vers d’autres métiers qui l’ont un peu éloigné de ses premiers amours. Mourad n’a pas pour autant abdiqué puisqu’il a sauté sur la première occasion pour mettre un pied dans la chaîne 2M. Il y est recruté en tant qu’attaché commercial, mais il n’a pas résisté à l’envie de dire à son directeur qu’il aspire à travailler dans la rédaction sportive. La volonté, la force du travail et le temps vont l’approcher de son but quand il a commencé à faire de l’assistanat au programme puis chargé de production. Mourad le têtu finira par transformer ses rêves en réalité quand un jour on l’a appelé pour remplacer un journaliste sur le plateau. Ce n’est pas maintenant qu’il va revenir en arrière, bien au contraire il va foncer avec toutes ses forces et son intelligence. Il couvrira avec succès le trophée Hassan II de tennis avant d’être appelé à animer l’émission Planète foot. Depuis, il a fait un bon bout de chemin en couvrant en direct la coupe du monde 1998 et la coupe d’Afrique de la même année. Début septembre l’émission « Planète foot » passe au direct et Mourad ne trouve aucune difficulté à s’adapter à cette situation. Il en a le courage et la compétence, d’autant plus qu’il a à côté de lui le vétéran Lino Bacco. D’ailleurs Mourad ne tarit pas d’éloges sur ce journaliste marocco-italien qui possède une quarantaine d’année de métier : «On ne peut que cohabiter avec ce monument de la presse sportive nationale qui m’est d’un grand apport par son expérience et son savoir-faire.» En plus de sa qualité de journaliste qui se déploie pour affûter davantage ses armes, Mourad reste un homme extrêmement gentil et modeste. Fils de bonne famille et bien éduqué il n’oublie pas que le journalisme est un travail d’équipe pour ne s’attribuer aucun mérite après la consécration de l’émission sportive de 2M : «il y a une équipe de quarante personnes qui travaille dans les coulisses de « Planète foot ». Ce sont eux qui méritent cette distinction à partir du réalisateur Abdelhak Omari, du responsable Hassan Boutabsil, d’Ibtissam Zerrouk et Amine Birouk. Je rends un hommage particulier à l’équipe artistique composée de Saïd Zerrou, Wafaa Jebli et Said Bichri ainsi qu’à tout le staff technique de cette émission qui fournit des efforts considérables dans l’ombre. C’est fait. Mais Mourad Moutaouakil sait que, dans ce métier, il faut toujours rénover pour suivre l’évolution des médias et de la technique journalistique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *