Saïd Belkhayat : «Nous ne pouvons, en aucun cas, être considérés comme favoris»

Saïd Belkhayat : «Nous  ne pouvons, en aucun  cas, être  considérés comme  favoris»

ALM : Quel commentaire faites-vous sur le tirage au sort qui a placé le Maroc dans le groupe A?
Saïd Belkhayat : Beaucoup de gens pensent que le groupe est facile, moi je dis qu’il n’y a aucun groupe facile, les équipes qui sont là l’ont mérité, elles se sont mesurées à de grands adversaires à l’exception de l’Afrique du Sud, pays organisateur. Je retiens que nous avons réussi à nous qualifier dans des groupes difficiles (Au Mexique en 1986 avec l’Angleterre, le Portugal et la Pologne) et en Tunisie (Avec le Nigeria, l’Afrique du Sud et le Bénin). Je pense qu’il faut surtout se concentrer sur le premier match contre l’Angola, une équipe très difficile à jouer. Les statistiques démontrent que plus de 70% des pays ayant remporté le 1er match se sont qualifiés. N’oublions pas que le Cap-Vert a sorti le Cameroun, et de belle manière; et que l’Afrique du Sud jouera devant son public. En résumé, un peu d’optimisme et surtout beaucoup de confiance, et je rappelle que nous ne pouvons, en aucun cas, être considérés comme favoris.

Quelles sont les chances du Maroc dans cette CAN-2013?
Comme j’ai expliqué plus haut, tout dépendra de notre premier match que nous devons absolument gagner, la vision sera alors plus claire et notre destin sera entre nos mains pour la suite de la compétition, en ce sens que nous pourrons préparer les autres matchs en toute tranquillité. Mais avancer un pronostic maintenant serait aberrant.

Que pensez-vous des autres groupes, notamment celui que l’on qualifie de groupe de la mort?
Il y a le groupe C de la Zambie qui paraît aussi facile, le groupe du Ghana est plus compliqué avec le Mali (3e de la dernière édition et la RD Congo qui nous surprend toujours et qui revient après une longue absence). Le Groupe D sera bien sûr le groupe des favoris, avec l’Algérie, la Tunisie et le Togo, c’était le groupe à éviter, et notre ami Aziz Bouderbala a fait le «nécessaire».

Est-ce qu’il y aura un changement de sélectionneur national d’ici la CAN-2013 ?
Je crois savoir que Rachid Taoussi est là pour au moins un an. Le changer maintenant n’a aucun sens.

Comment la CAF voit-elle l’organisation du Mondial des clubs à deux reprises par le Maroc?
Bien entendu, la CAF est très fière que le Maroc organise ces compétitions, elle aura deux équipes engagées, le vainqueur de la Ligue des Champions et le champion local, c’est une chance de plus, et puis cela prouve que l’Afrique participe pleinement au développement du football mondial.

Comment évaluez-vous le championnat national professionnel en sa deuxième version?
Il est difficile d’évaluer notre championnat «professionnel» tant qu’il ne s’est pas imposé dans les compétitions internationales. Tenez, un club comme l’Espérance de Tunis participe à sa troisième finale consécutive en Ligue des Champions, l’égyptien Ahly est un habitué, le TP Mazembe aussi. Nos clubs, le FUS et le MAS bien que vainqueurs n’ont pas réédité leurs exploits. Le WAC n’a pas réussi à se qualifier pour une demi-finale face à des clubs très modestes. Notre expérience ne fait que commencer et nous ne pourrons l’évaluer qu’après deux ou trois années. Toutefois des progrès ont été constatés dans la programmation, l’arbitrage, la gestion des contrats des joueurs et des entraîneurs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *