Vava ou la fin d’une légende

Plus de quarante ans après sa première victoire en Coupe du monde de football, Edvaldo Izidio Neto, plus connu sous le nom de Vava, est décédé samedi à l’âge de 67 ans d’une insuffisance cardiaque à Rio de Janeiro.
Il s’agit bel et bien d’une figure emblématique du football brésilien et mondial qui figure encore au tableau d’honneur du mondial. L’avant-centre du brésil 1958 est, en effet, en compagnie de son compatriote pelé et de l’Allemand de l’ouest Paul Breitner, le seul joueur à avoir marqué au moins un but lors de deux finales différentes. Même s’il n’a joué que 19 matches avec la sélection brésilienne, Vava n’en est pas moins un des rares à avoir gagné deux coupes du monde, en 1958 et 1962, côtoyant les joueurs mythiques que furent Pelé, Didi ou Garrincha.
Attaquant opportuniste, à la technique moyenne pour un Brésilien, Vava commence sa carrière en 1952 comme milieu de terrain de Recife, le club où Ademir a fait ses premières armes. Mais c’est à Vasco de Gama qu’il connaît la gloire en devenant champion de l’Etat de Rio en 1956 et 1958.
A18 ans, Vava fait partie de la formation du brésil qui participe aux jeux olympiques 1952 à Helsinki, mais le podium n’est pas au rendez-vous. Il ne fera ses débuts avec la «grande» seleçao qu’en mai 1958, juste avant le Mondial suédois. Alors qu’il ne figure pas dans l’effectif du premier match de la sélection contre l’Autriche, Vava se signale en marquant deux buts contre l’ex-URSS. En finale, il signe un autre doublé face à la suède (5-2), qui donne au brésil son premier titre mondial. Son coéquipier, un gamin de 17 ans répondant au nom de Pelé, fait de même.
Pour sa première Coupe du monde, Vava a marqué cinq buts. Quatre ans plus tard, au Chili, Vava est une des pièces maîtresses du Brésil dirigé par Aimoré Moreira. marqué plus sévèrement qu’en Suède, il doit attendre les quarts de finale contre l’Angleterre des Moore, Greaves et autre Bobby Charlton pour retrouver le chemin des filets. Il inscrit ensuite quatre buts, dont celui qui scelle la victoire du Brésil en finale contre la tchécoslovaquie (3-1).
Entre ces deux coupes du monde, Vava émigre en Espagne, à l’Atletico Madrid, avec lequel il remporte deux coupes d’Espagne d’affilée, en 1960 et 1961.
A son retour au Brésil, il joue à Palmeiras avant de porter les couleurs de l’America au Mexique et des San Diego Toros aux Etats-Unis. Vava joue encore une saison à Portuguesa, un petit club carioca et raccroche définitivement ses crampons en 1967.
En décembre 2000, Vava, victime d’une hémorragie cérébrale, avait été hospitalisé pendant plus d’un mois.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *