Dans une initiative à caractère humain: Le périple de Marouane, de Casablanca à Dubaï en passant par l’Afrique

Dans une initiative à caractère humain: Le périple de Marouane, de Casablanca à Dubaï en passant par l’Afrique

Le nouveau Ibn Battouta, motorisé cependant, entame une nouvelle étape dans son tour du monde à moto. Un long voyage dans un esprit de charité et d’échange culturel qui a commencé depuis Dubaï en 2015.

Marouane El Hamdouni, marocain, la trentaine, compte aller jusqu’au bout dans son long  périple «around the world» durant lequel il compte promouvoir la culture marocaine basée sur la tolérance, l’ouverture, l’hospitalité, la diversité et la convivialité. Il compte également collecter des aides au profit d’associations œuvrant dans le domaine humanitaire au Maroc. «Tout ce que je souhaite c’est d’être à la hauteur de l’amour que je porte pour mon pays. Etre capable d’interpréter convenablement l’état d’esprit du Marocain en général qui consiste en la solidarité, l’entraide et l’amitié».

Après la première étape donc, lors de laquelle Marouane était parti de Dubaï vers le Maroc en traversant l’Europe, il se prépare à entamer la deuxième avec un départ de Casablanca vers Dubaï en longeant le continent africain, en passant par l’Afrique du Sud et remonter vers la mer Rouge avant d’arriver aux Emirats. C’est vers le mois d’avril prochain qu’il commencera cette étape. Une initiative qui demande des moyens il faut bien le reconnaître. Il a déjà parcouru plus de 60.000 kilomètres à travers une vingtaine de pays. Malheureusement, le jeune Marouane fait avec les moyens de bord quoi que ce qu’il projette demande un sérieux coup de pouce. En d’autres termes il serait mieux s’il était sponsorisé quelque part pour le noble objectif qu’il s’est fixé. Mais qu’à cela ne tienne, M. El Hamdouni est bien décidé à honorer son engagement vis-à-vis de lui-même mais aussi pour les gens, les associations qui le soutiennent. «Outre la satisfaction morale que me procure le périple, le plus grand plaisir c’est quand je réussis à rendre service à des organisations qui s’occupent des enfants ou d’autres catégories fragilisées», confie le jeune aventurier, qui réside depuis trois ans à Dubaï, où il travaille dans une société internationale de motos.

Effectivement,  le jeune homme espère collecter des aides au profit d’associations œuvrant dans le domaine humanitaire. A la différence de la première étape, cette fois M. El Hamdouni a une autre idée en tête. C’est de réaliser un petit documentaire sur chaque contrée qu’il traversera. «J’envisage de faire des capsules d’environ cinq minutes pour chaque pays que je traverserai lors de la deuxième étape. L’idée en fait c’est qu’un jour on puisse voir les frontières disparaître entre les pays du continent africain, garantissant ainsi une libre circulation, pourquoi pas, comme c’est le cas entre les pays de l’Union européenne actuellement», confie notre aventurier. Le Ibn Battouta motorisé part donc en promotion de son pays, son patrimoine historique, sa culture, son potentiel humain, ses ressources naturelles, l’amour et l’estime qu’il porte pour l’Afrique.

Une initiative courageuse à caractère humain pour laquelle il trouvera sûrement du soutien. Rappelons enfin que Marouane El Hamdouni a déjà participé à plusieurs rallyes moto au Maroc. Il a également créé un site Internet et une page sur le réseau social Facebook qui seront régulièrement actualisés afin de permettre au large public d’être à jour, et pourquoi pas, suivre son aventure…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *