Nabil Maaloul, seul sélectionneur arabe au Mondial

Nabil Maaloul, seul sélectionneur arabe au Mondial

Appelé à conduire les Aigles de Carthage à une qualification historique au 2ème tour

En passant en revue les fiches techniques des sélections participantes au Mondial-2018 en Russie, le nom de Nabil Maaloul ne peut pas passer inaperçu, puisque c’est le seul sélectionneur arabe à marquer sa présence dans cette grand-messe du football mondial, avec l’objectif de conduire les Aigles de Carthage à une qualification historique aux quarts de finale du Mondial.

Forte personnalité, bon communicateur et toujours à l’affût des nouveautés techniques, telles sont les plus importantes qualités de Nabil Maaloul qui ont largement influencé sa philosophie du jeu et sa logique d’entraîneur au bout d’un excellent parcours couronné d’exploits et de réussites.

Entamant sa carrière d’entraîneur lors de la saison 1997-1998 à l’Olympique du Kef, Maaloul a dès le début affiché son penchant pour le jeu offensif.

«Depuis mes débuts en tant qu’entraîneur, j’ai essayé d’appliquer mes convictions tactiques à tempérament offensif que j’ai appri quand j’étais joueur à l’Espérance de Tunis, évoluant sous la conduite de grands techniciens à l’image de Hmida Dhib, du Brésilien Amarildo Tavares ou du Polonais Tony Piechniczek.

Après une bonne expérience de consultant sportif, Maaloul revient au travail de terrain en occupant le poste d’entraîneur-adjoint de Roger Lemerre lors de la Coupe d’Afrique des Nations organisée alors en Tunisie en 2004, contribuant au sacre historique des Aigles de Carthage, et ajoutant une nouvelle breloque à son palmarès personnel déjà riche en titres en tant que joueur au sein des deux grands clubs de la capitale, l’Espérance de Tunis et le Club Africain.

Parti au Golfe pour entraîner l’équipe d’El Jaich du Qatar avec laquelle il a remporté la coupe pour la première fois de l’histoire du club en 2014, il a été ensuite désigné à la tête de la sélection koweïtienne, pour la phase finale de la Coupe d’Asie en 2015, mais le destin en a voulu autrement, puisqu’il a été de nouveau sollicité par la fédération tunisienne pour succéder à Henri Kasperczak à la tête du Onze national et assurer sa qualification à la phase finale du Mondial-2018 en Russie. Sous sa conduite, les Aigles de Carthage ont disputé quatre matches de qualification sans défaite (deux victoires et deux matches nuls), et composté leur ticket pour la Coupe du monde, permettant à Nabil Maaloul de devenir le seul sélectionneur, avec l’Espagnol Vicente Del Bosque, à participer à la Coupe du monde des clubs et au Championnat du monde.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *