Régulateur électrique : Polémiques au démarrage

Régulateur électrique : Polémiques au démarrage

Après les rémunérations jugées excessives, les nominations font jaser

L’autorité n’en est pas à sa première polémique. Il y a quelques mois, la publication d’un décret fixant les indemnités des membres de l’autorité avait suscité une polémique dans les réseaux sociaux et les médias.

Les responsables de l’autorité auraient aimé se passer volontiers d’une nouvelle polémique mais les choses se sont déroulées autrement. Très attendue, la composition de l’Autorité Nationale de Régulation de l’Electricité (ANRE) a provoqué une véritable levée de boucliers dès son annonce.

Après une longue attente, les noms des membres de l’ANRE avaient été dévoilé jeudi dernier. Il s’agit de trois membres nommés par décret à savoir Driss Chater, Mohamed Mahrouk et Mohamed Bernanou. Trois autres membres sont nommés par le président de la Chambre des Représentants notamment Mustapha Ajab, Mohamed Mehdi Mezouari et Sghir Baâli. Et enfin, trois membres sont désignés par la présidence de la Chambre des Conseillers en l’occurrence, Ahmed Thami, Mohamed Badir et Khalid Hanioui.

Ce sont aujourd’hui les six membres choisis par les présidents des deux Chambres parlementaires qui concentrent le plus gros des critiques. Des critiques qui émanent principalement des forces parlementaires de l’opposition qui remettent en cause les critères retenus pour choisir les membres. Pour certains politiques, des considérations partisanes seraient à l’origine des noms retenus.

La réaction la plus spectaculaire est celle du parti d’opposition, le PAM (parti authenticité et modernité). Son bureau politique a voulu prendre ses distances avec les nominations de certains de ses membres au sein de l’autorité. Plus encore, la formation dirigée par Abdelatif Ouahbi, pose un ultimatum d’une semaine aux concernés afin de démissionner de l’autorité. De son côté, le président de la Chambre des Conseillers, le pamiste et ancien secrétaire général du même parti, Hakim Benchemass, garde le silence pour le moment tout comme la présidence de la Chambre des Représentants.

L’autorité n’en est pas à sa première polémique. Il y a quelques mois, la publication d’un décret fixant les indemnités des membres de l’autorité avait suscité une polémique dans les réseaux sociaux et les médias car les indemnités avaient été jugées excessives.

Pourtant, les responsables avaient expliqué qu’il s’agissait de montants brutes sans déduction d’impôts. Il faut préciser que l’ANRE a été créée en vertu de la loi n°48-15 relative à la régulation du secteur de l’électricité et à la création de l’Autorité Nationale de Régulation de l’Electricité, publiée au Bulletin Officiel n° 6472 du 9 juin 2016. L’autorité a pour mission principale la fixation du tarif d’utilisation du réseau électrique national de transport et des tarifs d’utilisation des réseaux électriques de moyenne tension. Autant dire qu’il s’agit d’un organe stratégique. Reste à savoir si son fonctionnement sera impacté par ces récentes polémiques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *