Andersen coupable dans l’affaire Enron

Samedi 15 juin est indéniablement une date qui sera marquée pour toujours dans la mémoire des managers de la firme américaine Arthur Andersen. Et pour cause, un dur verdict fut prononcé cette journée même attestant de la culpabilité du cabinet d’audit pour entrave à la justice.
Les commentaires et analyses n’ont pas tardé à tomber et presque tous attestaient que ce verdict risque fort de sonner le glas de celui qui fut l’un des Big Five de l’audit comptable. Certains sont allés jusqu’à prédire, et Thomas Ajamie du cabinet d’experts boursiers Schirrmeister Ajamie LLP en est un, que la nouvelle donne ne manquera pas de précipiter la «désintégration de la firme».
Le verdict prononcé fait suite à une constatation ferme, issue de dix jours de délibération ardue auxquelles ont participé douze jurys. Il atteste que le cabinet Andersen s’était rendu coupable d’entrave à la justice en détruisant quelque 1,7 tonne de documents de son client Enron, placé en redressement judiciaire en décembre après une faillite retentissante qui a coûté leur épargne à des milliers de salariés ayant investi dans la compagnie, en l’espace d’une semaine. Il a procédé de la sorte au moment même où une enquête du gendarme de la bourse (la SEC) suivait son cours. «Ce qu’a fait Andersen est très grave», assure Thomas Ajamie.
Le verdict de culpabilité exige qu’Andersen cesse d’auditer des firmes cotées en bourse à partir de la fin du mois d’août. Le cabinet en question avait déjà fait part à la SEC de sa décision de procéder de la sorte, avant que le verdict ne soit prononcé. La sentence qui sera prononcée au mois d’octobre donnera naissance à une procédure d’appel par les avocats du cabinet d’audit. Ceci étant, selon l’AFP, «les experts s’attendent à ce que les autorités au niveau des Etats commencent à poursuivre la firme comptable».
Pour l’instant, aucune inculpation n’a été prononcée auprès du groupe de courtage en énergie. Enron fait l’objet d’une enquête des autorités boursières, du Congrès et du département de la justice.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *