Le Maroc se dote de sa première stratégie aérienne: «Ajwae» décollera d’ici septembre 2014

Le Maroc se dote de sa première stratégie aérienne: «Ajwae» décollera d’ici septembre 2014

«2-10-50-50». Il ne s’agit pas d’une équation à résoudre mais plutôt d’indicateurs  déterminant l’évolution du secteur aérien au Maroc. En 10 ans le trafic passager a doublé. 50 est le nombre de compagnies aériennes opérant au Maroc, tandis que le nombre d’aéroports connectés a atteint pour la même période la cinquantaine. Une annonce qui vient d’être faite officiellement par Zouhair Mohamed El Oufir, directeur général de l’office national des aéroports (ONDA) et ce en marge de «Connect 2014» .

Ce forum qui prendra fin  ce vendredi à Marrakech, se tient pour la première fois en dehors du  continent européen. Un choix prometteur confortant ainsi la stratégie du Maroc en termes de développement aérien et touristique. «L’organisation d’un tel événement traduit la confiance que les opérateurs internationaux manifestent pour le Maroc.

Ce type de forum est un cadre agréable pour regrouper l’ensemble des acteurs concernés et de créer par la suite une cohésion aussi bien en termes de politique publique qu’en termes d’actions de  différents professionnels du secteur», a souligné à cet égard Aziz Rabbah, ministre de l’équipement, du transport et de la logistique.

Le Maroc qui commence à gagner du terrain à l’échelle internationale s’apprête à lancer au grand public la première stratégie nationale dédiée au secteur aérien. Un dispositif qui s’inscrit dans le cadre d’une panoplie de politiques visant à pallier à l’horizon 2035 un besoin de 100 milliards de dirhams d’investissement en transport et logistique. Baptisée « Ajwae », la feuille de route prévue d’ici septembre s’articule autour de huit axes, dont la consolidation du rôle de l’ONDA, l’amélioration des infrastructures aéroportuaires, formations de ressources humaines qualifiées et le renforcement de l’investissement étranger à travers l’installation d’entités étrangères spécialisées dans l’industrie aéronautique. Un comité de pilotage est en phase de constitution regroupant ainsi l’ensemble des décideurs intéressés par le secteur, notamment les ministères des finances, du tourisme, de l’énergie et de l’industrie.

En attendant un lancement officiel de la stratégie, l’ONDA continue le déploiement de son programme d’accroissement des capacités aéroportuaires, ciblant d’ici 2030 plus de 50 millions de passagers. «La capacité d’accueil de nos aéroports est passée de 12 millions de passagers en 2003 à 24 millions actuellement. Ce bond majeur a été réalisé à travers deux projets lourds, à savoir la construction du terminal 2 de l’aéroport Mohammed V et l’extension du terminal 1 de l’aéroport Marrakech-Menara», fait savoir M. El Oufir.

Les projets d’extension se sont succédé pour atteindre les aéroports d’Essaouira, Al-Hoceïma, Oujda, Dakhla et Rabat. Le dernier aéroport en date est celui de Béni Mellal inauguré par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en mai dernier. L’ONDA a, par ailleurs, lancé un système d’incitations tarifaires afin de stimuler le trafic aérien international, et ce en vue de contribuer à atteindre les objectifs de la Vision 2020.  Depuis 2005, l’ONDA a mis 1,215 milliard de dirhams comme mesures incitatives.

L’office déploie également une politique de desserte touristique ciblant des destinations attractives : Marrakech, Agadir,  Fès et Guelmim. Notons qu’en marge du Forum «Connect 2014», 3 conventions ont été ratifiées. La première concerne le jumelage de l’aéroport d’Essaouira et celui de la Rochelle.

La deuxième convention lie l’ONDA à l’Office national marocain du tourisme (ONMT) tandis que la troisième lie l’ONMT à la compagnie aérienne à bas prix néerlandaise «Transavia».

L’aérien vu par Haddad

«Nous observons qu’au cours des dernières années, le niveau de desserte au Maroc a suivi un mouvement d’optimisation plutôt que d’expansion. Ceci s’inscrit dans un cycle général de l’industrie du transport aérien, renforcé par un changement dans la structure concurrentielle de l’industrie et des effets d’apprentissage sur le Maroc», c’est le constat fait par Lahcen Haddad. Le ministre du tourisme voit dans ce sens le contexte un accroissement des fréquences plus généralisées.

Le Focus est fait sur l’Allemagne vu que l’ensemble des dessertes qui  seront ouvertes prochainement relieront Marrakech et Agadir aux villes allemandes. Le ministre a, par ailleurs, énuméré les principaux défis stratégiques de la vision pour l’aérien, notamment le développement d’un mix qui soit en ligne avec les préférences des touristes futurs ainsi que la diversification de la base d’opérateurs afin de réduire la dépendance vis-à-vis de quelques compagnies. Le ministre, dont le secteur est fortement corrélé à l’aérien,  appelle au renforcement des partenariats en faveur d’un développement du transport aérien au Maroc , confortant ainsi le positionnement de la destination Maroc sur les différents marchés émetteurs.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *