Le Centre d’accompagnement et d’orientation dresse son bilan

Le Centre d’accompagnement  et d’orientation dresse son bilan

Une centaine de bacheliers marocains aidés pour rejoindre les universités internationales

Plus d’une centaine de bacheliers marocains ont été aidés par le Centre d’accompagnement et d’orientation (CEG), depuis sa création, pour rejoindre les bancs des meilleures universités internationales. Une démarche que cette structure entreprend «tout en préservant la vision sociale et indépendamment de leur situation matérielle, leur permettant au bonus de décrocher des bourses d’étude pour les accompagner tout au long de leur cursus universitaire». En détail, les élèves du CEG bénéficient d’une préparation optimale aux différents concours et jouissent d’un accompagnement à la mesure de leurs ambitions. «Notre mission aujourd’hui est de bien placer nos étudiants marocains et les guider tout au long du processus d’admission. Que leur budget soit modeste ou important, qu’ils soient excellents ou moyens.

CEG estime que tous les étudiants peuvent obtenir des admissions réussies dans les universités qui correspondent à leurs intérêts professionnels et à leur personnalité», indique Sara Kastal, fondatrice du CEG, qui a elle-même été boursière dans une des universités américaines les plus prestigieuses. De par le quota international très favorable pour les étudiants marocains, chaque année, des centaines de bacheliers peuvent, selon le centre, décrocher une admission dans l’université de leur choix. «Aussi, l’avantage est que le score demandé lors des tests n’est pas toujours très élevé, ce qui rend cela accessible même pour les élèves moyens mais disposant d’une forte volonté de réussir», enchaîne la même source. De son côté, Rim Maslouh, boursière à 85% à Franklin and Marshall en Suisse, indique: «J’ai passé plusieurs mois à préparer mon dossier de candidature au CEG.

Finalement j’ai pu avoir de 1100 à 1600 points au test du SAT. L’équipe CEG m’a beaucoup aidé dans la constitution de mon dossier, et m’a orienté sur la stratégie à adopter pour être admise dans quelques-unes des plus grandes universités internationales malgré mon score moyen au SAT. J’ai été acceptée dans 4 écoles et mon choix s’est finalement porté sur Franklin & Marshall en Suisse, où mes études valent environ 8 000$/ an, logement inclu». A son tour, Salma Ayoubi, 19 ans, boursière à 70% à Centria university en Finlande, ne manque pas de se féliciter de son expérience. «Je suis en première année à l’université de Centria en Finlande en Information Technology Engineering. Les études en Finlande sont peu connues au Maroc, et pourtant ces écoles sont extrêmement généreuses en bourses. En effet, une année d’étude coûte seulement 5.500 €, logement inclus.

Le salaire moyen des diplômés en «Information Technology» en Finlande est de 5.520€, une vraie motivation, dans un des pays les plus agréables à vivre. Il faut noter que j’ai passé plusieurs concours universitaires marocains, mais je n’ai malheureusement pas réussi à en décrocher. Paradoxalement, Centria UAS est mieux classée à l’échelle mondiale que l’Ecole Hassania, qui est l’une des meilleures écoles au Maroc».

Concrètement, CEG aide les jeunes marocains à bénéficier de centaines de bourses d’études méconnues du grand public. Le centre vise non seulement à informer les élèves et leurs parents de ces bourses, mais aussi à les guider dans la constitution de leur dossier. Bon à savoir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *