Encore 4 millions de non vaccinés et 13 millions de doses en stock

Encore 4 millions de non vaccinés et 13 millions de doses en stock

Covid-19 : La vaccination et les mesures barrières s’imposent pour éviter de nouvelles restrictions

Aujourd’hui, ce qui est inquiétant, c’est la capacité de propagation du variant. L’OMS avait d’ailleurs prédit que le variant Omicron serait dominant en Europe dès les premières semaines de janvier 2022.

Depuis le premier cas de contamination par la nouvelle souche Omicron détectée chez une citoyenne marocaine à Casablanca il y a encore quelques jours, il n’y aurait pas eu de nouveaux cas au Maroc. «A ma connaissance, il n’y a pas eu d’autres cas de variant Omicron au Maroc. Le ministère de la santé a d’ailleurs démenti la notification d’un cas à Marrakech. Cela dit, il faut attendre. Le séquençage qui permet formellement d’identifier la nature d’un virus prend du temps», indique Dr Said Afif, membre du Comité scientifique et technique de la vaccination et président de la Société marocaine des sciences médicales. Aujourd’hui, ce qui est inquiétant, c’est la capacité de propagation du variant. L’OMS avait d’ailleurs prédit que le variant Omicron serait dominant en Europe dès les premières semaines de janvier 2022. La propagation fulgurante de ce variant dans le monde et notamment en Europe a conduit les autorités marocaines à refermer prochainement ses frontières partiellement ouvertes. En effet, le Maroc va suspendre les vols de rapatriement à partir du 23 décembre. «Les mesures qui ont été prises par les autorités sont des mesures judicieuses qui permettront de stabiliser la situation épidémiologique malgré une augmentation des cas observée dernièrement», signale Dr Afif. Cet expert insiste à nouveau sur le strict respect des mesures barrières et la vaccination pour éviter une propagation rapide du nouveau variant et de nouvelles restrictions dans le pays. «Les mesures barrières, c’est-à-dire le port du masque et son changement toutes les 4 heures ainsi que le lavage fréquent des mains permettent de limiter la contamination à la Covid et aux autres virus jusqu’à 90%», précise-t-il.

Le Dr Afif insiste aussi sur l’efficacité vaccinale contre le variant Omicron. Les vaccins disponibles à l’heure actuelle protègent contre les formes graves de la maladie et les décès. C’est pourquoi il est important de se faire vacciner dès que possible. «Il y a encore beaucoup de personnes âgées qui n’ont pas reçu la 3ème dose. Le variant Omicron n’est pas grave chez les jeunes mais il peut l’être très chez les personnes âgées qui n’ont pas reçu leur dose de rappel. La 3ème dose permet ainsi de protéger les personnes âgées des formes graves du nouveau variant», affirme-t-il. La grande priorité ce sont les personnes âgées et celles atteintes de maladies chroniques, vu le risque des formes graves qu’elles peuvent encourir. Ce dernier déplore le fait que la vaccination soit toujours à la traîne au Maroc comme en attestent les chiffres du ministère de la santé. Dans son bulletin quotidien sur la situation épidémiologique, le ministère a relevé samedi que le nombre de primo-vaccinés a atteint 24.494.035, celui des personnes ayant reçu deux doses s’élève à 22.830.895, alors que seulement 2.299.459 personnes ont reçu les trois doses.

«La vaccination se poursuit à un rythme trop lent. Si on prend à titre d’exemple la France, ils sont parvenus à vacciner 51 millions de personnes, soit près de 75% de la population. Près de 15 millions de personnes ont reçu la 3ème dose. Ils ont atteint la vitesse de croisière. Il faut noter que 640.000 injections de 3ème dose sont réalisées par jour dans l’Hexagone. Au Maroc, il reste encore 4 millions de personnes à vacciner», relève le Dr Afif. Ce dernier fait aussi savoir que le Maroc dispose actuellement d’un stock confortable de près de 13 millions de doses. Le variant Omicron est extrêmement contagieux. Les gens doivent prendre conscience de l’importance de se faire vacciner pour éviter à nouveau que nos services de réanimation soient saturés de patients Covid-19.

Covid-19: L’Europe renforce les restrictions avant Noël

A la veille des fêtes de Noël, les restrictions se multiplient dans plusieurs pays européens face à la propagation du variant Omicron. Ainsi, les Néerlandais devront à nouveau se confiner à partir de dimanche pour la période des fêtes de Noël et ce jusqu’au 14 janvier. Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a annoncé le samedi 18 décembre que tous les magasins non essentiels, restaurants, bars, cinémas, musées et théâtres ferment leurs portes de dimanche jusqu’au 14 janvier, tandis que les écoles doivent garder portes closes au moins jusqu’au 9 janvier. En France, la ville de Paris annule son feu d’artifice et les festivités prévues durant la soirée du 31 décembre pour fêter le nouvel an en raison de la hausse des cas de Covid-19. Vendredi dans la soirée, le Premier ministre français Jean Castex avait demandé aux mairies de renoncer à leurs concerts et feux d’artifice. La France a aussi rétabli l’obligation de «motifs impérieux» pour les voyageurs en provenance et à destination du Royaume-Uni. Pour sa part, l’Allemagne a classé vendredi la France et le Danemark comme zones d’infections à «haut risque» et va imposer aux voyageurs non vaccinés en provenance de ces pays une période de quarantaine. Dès le début du mois de décembre, le gouvernement allemand avait imposé un quasi-confinement aux non-vaccinés dans tout le pays. Ces derniers n’ont désormais plus accès aux bars, restaurants, théâtres, cinémas, salles de spectacle ou de sport dans l’ensemble du pays. Le Danemark ferme dès dimanche et pour un mois ses théâtres, cinémas et salles de concerts, mais aussi ses parcs d’attractions, piscines, zoos et musées. Les bars et les restaurants resteront ouverts, mais devront limiter le nombre de leurs clients et fermer dès 23 heures. Les entreprises, quant à elles, sont appelées à généraliser le télétravail. De son côté, l’Irlande a annoncé l’instauration d’un couvre-feu à 20 heures pour les pubs, bars et restaurants jusqu’à fin janvier. Les événements en intérieur ne seront plus autorisés le soir à partir de cette même heure. L’Irlande impose désormais aux voyageurs européens, même vaccinés, de présenter un test négatif avant d’entrer sur son sol.

OMS : Omicron se propage à une vitesse inédite

La particularité du variant Omicron c’est son nombre élevé de mutations par rapport à la souche initiale du virus, et aux précédents variants, comme le Delta, qui domine largement les contaminations mondiales depuis l’été 2021. Il est manifestement très contagieux. Ce n’était qu’une hypothèse lors de son apparition, mais c’est devenu une certitude dans les premières semaines de décembre, au vu de la situation épidémique dans plusieurs pays. Omicron se propage «à un rythme que nous n’avons jamais vu avec aucun autre variant» et «se trouve probablement dans la plupart des pays», avait averti Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Quant à la question de savoir s’il va définitivement remplacer Delta, c’est une forte probabilité mais les scientifiques évoquent d’autres possibilités : qu’Omicron supplante un temps son prédécesseur mais finisse par lui laisser à nouveau la place ou que les deux variants coexistent comme c’est le cas pour certaines souches du virus de la grippe saisonnière.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *