Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables

Le Gadem pense fort aux socio-économiquement  isolés ou plus vulnérables

En cette période de confinement sanitaire, le Conseil civil de lutte contre toutes les formes de discrimination relevant du Groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et migrants (GADEM) pense fort à la situation des personnes socio-économiquement isolées ou plus vulnérables.

Il s’agit, selon un communiqué, des personnes majeures et mineures sans-abris, des personnes travaillant dans l’économie informelle, notamment les travailleurs journaliers, les travailleurs domestiques non déclarés et saisonniers qui «n’auront plus aucun revenu pendant cette période de confinement».

La même source cite, entre autres, les personnes majeures et mineures en situation de handicap, les personnes en migration quel que soit leur statut, et en particulier celles qui vivent dans des campements.

C’est pourquoi le Conseil appelle à «tenir compte de l’importance du critère d’accessibilité dans l’ensemble des mesures prises par le gouvernement comme condition sine qua non de leur efficacité». Entre autres, la même structure appelle également à «mettre en place des actions de veille et d’aide sociale d’urgence auprès de toutes les catégories précitées».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *