SociétéUne

Mary-Rahma Homman, présidente de Femmes d’expertise-Section Maroc : «Le Maroc porte la femme dans tous ses projets»

© D.R

Dans cet entretien, Mary-Rahma Homman fait part de l’objectif principal de la troisième édition du Congrès international «des 70 femmes d’expertise d’Afrique» tenue du 7 au 10 mai à Tanger.

ALM : Pourriez-vous nous expliquer le choix de «l’enjeu de la performance des entreprises africaines au sein de la Zone de libre-échange continentale (ZLECAF)» comme thème de cette troisième édition ?

Mary-Rahma Homman : Comme vous le savez, le Maroc est l’un des premiers pays à avoir porté et encouragé le projet de Zlecaf. Nous avons décidé en tant que femmes d’expertise à nous associer à ce projet. Comme pour les deux précédentes éditions tenues respectivement aux Comores et au Cameroun, nous avons lors de ce congrès voulu enrichir les débats et porter la réflexion sur l’importance de la Zlecaf tout en cherchant à faciliter l’identification des meilleures opportunités d’affaires qu’offre la zone. D’autant plus que l’Afrique est l’avenir du monde.

Est-ce que le congrès garde le même objectif de la promotion de l’entrepreneuriat féminin ?

L’entrepreneuriat féminin demeure au cœur des travaux de ce congrès organisé à l’initiative de «Femmes d’expertise». Parce que notre but est de mettre en valeur l’expertise de la femme africaine comme c’était le cas pour les deux précédentes éditions de l’Union des Comores et du Cameroun. Elle doit être fière d’elle et de ses compétences professionnelles comme directrice d’une entreprise et dans d’autres postes dans les différents secteurs tels que l’agriculture et le commerce ou de simples mères de famille. Comme je viens de le dire, la femme africaine mérite la reconnaissance et le soutien pour son expertise et sa contribution dans le développement de l’Afrique. Elle doit ainsi être encouragée financièrement pour créer et développer sa propre entreprise.

En tant que présidente de la section marocaine de l’association, que représente pour vous l’hommage rendu lors de ce congrès à la femme marocaine ?

Nous avons rendu hommage aux femmes comoriennes et camerounaises pour les deux précédentes éditions tenues dans leurs pays respectifs. Nous avons choisi d’honorer la femme marocaine lors de ce congrès organisé au Maroc. Comme pays hôte, il accueille plusieurs délégations venues des différentes régions du Maroc et d’autres pays africains pour y prendre part. Depuis son lancement, ce congrès connaît pendant quatre jours la présentation des expériences professionnelles réussies des femmes marocaines, tout en mettant en valeur leur expertise et leur savoir-faire. Elles participent également avec d’autres femmes africaines aux différentes activités programmées dans le cadre de ce congrès.

Pourquoi avez-vous choisi le Maroc, en particulier Tanger, pour la tenue de cette troisième édition ?

Parce que le Maroc est la porte d’Afrique. Il ouvre grandes ses portes aux étudiants et chercheurs, beaucoup de jeunes africains choisissent de venir pour s’y former. Le Royaume est sur la bonne voie grâce aux grands projets menés par SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste. D’autant plus que le Maroc porte la femme dans tous ses projets.

Quelles sont les principales actions de «Femmes d’expertise» en faveur des femmes marocaines ?

L’association honore les femmes africaines dans leur ensemble. 70 d’entre elles ont déjà été formées. Elles ont aujourd’hui leur propre entreprise et font partie, quelle que soit l’importance de leur projet, des femmes d’expertise. Nous programmons des congrès et des ateliers de formation en leur faveur et leur assurons l’accompagnement dans la création de leur entreprise. Nous essayons d’y véhiculer les messages de l’association considérée comme porte-parole des femmes qui sont dans le besoin et dans l’oubli.