Mendicité : Des chiffres chocs sur l’exploitation des bébés

Mendicité : Des chiffres chocs sur l’exploitation des bébés

Les deux tiers des victimes ont moins de 4 ans dont 27% n’ont même pas un an

«Nous avons pu pendant la période s’étendant de fin juillet au 15 décembre 2020, assurer la protection de 45 enfants, ce qui porte le nombre total au cours de 2020 à 142 enfants (79 filles et 63 garçons)».

L’exploitation des enfants dans la mendicité continue. En effet, le ministère de la solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille ainsi que le parquet général viennent de tenir une réunion conjointe sur le plan d’action contre ces pratiques. La réunion a été marquée par la présentation du bilan en 2020. Même si cette année a connu la propagation de la pandémie du coronavirus et l’état d’urgence, le phénomène de l’exploitation des enfants en bas âge dans la mendicité n’a pas baissé. Les chiffres sont édifiants dans la région de Rabat, Salé et Kénitra. Cette dernière connaît depuis une année le déploiement d’un plan d’action conjoint entre le ministère public et le ministère de la solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille.

Dans ce sens, la réunion du Comité central pour le pilotage et le suivi du plan d’action relatif à la protection de l’enfance contre l’exploitation dans la mendicité a permis de connaître les résultats dans cette région pilote. «La dynamique de l’équipe de terrain pour protéger les enfants de l’exploitation dans la mendicité a atteint son apogée au cours des premiers mois de l’année passée. A fin février 2020, nous avons pu traiter 97 cas, la période qui a suivi a été marquée par le confinement, ce qui a permis de mettre un terme à ce phénomène», a affirmé Jamila El Moussali, ministre de la solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille.

Et de poursuivre : «Après la levée progressive du confinement et le retour progressif à la vie normale, nous avons travaillé pour intensifier nos efforts, et lutter contre l’amplification de ce phénomène en raison des graves répercussions sociales de la pandémie. Grâce au travail d’équipe et à l’implication de tous les acteurs, nous avons pu pendant la période s’étendant de fin juillet au 15 décembre 2020, assurer la protection de 45 enfants, ce qui porte le nombre total au cours de 2020 à 142 enfants (79 filles et 63 garçons)». Selon la même source, une bonne partie des victimes sont des bébés ou des enfants en bas âge. «Nous pourrons d’ores et déjà tirer plusieurs conclusions. D’abord, l’exploitation des enfants dans la mendicité est principalement menée par des mères en situation difficile.

Ensuite, environ les deux tiers des enfants victimes sont âgés de 0 à 4 ans, sachant que 27% parmi cette catégorie ont moins d’une année», a expliqué la responsable gouvernementale. Il semble par ailleurs que les responsables font face à un autre problème et non des moindres. Ce dernier concerne notamment le placement des victimes dans des structures d’accueil. Dans ce sens, le département de tutelle affirme qu’il travaille avec le réseau des institutions publiques comme l’Entraide nationale ou bien des associations habilitées. Ainsi et au niveau national, le ministère affirme que jusqu’au 30 novembre dernier, quelque 2.500 places vides ont été recensées au niveau national dans les établissements autorisés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *