Relevant de l’ENSIAS à Rabat : Quand le CINDH fait de la construction de puits son cheval de bataille

Relevant de l’ENSIAS à Rabat : Quand le CINDH fait de la construction de puits son cheval de bataille

Le bénévolat est aussi une affaire des étudiants de l’ENSIAS (Ecole nationale supérieure d’informatique et d’analyse des systèmes) à Rabat.

A travers le Club d’Initiative nationale pour le développement humain (CINDH- ENSIAS), ces étudiants entreprennent différentes actions caritatives dont la construction de puits. «Notre première expérience est concrétisée au douar Amaafa à El Haouz. Il s’agit d’un puits de 180 mètres, équipé de plaques solaires, en phase d’installation pour bénéficier à plus de 80 familles dans ce douar», précise Hicham Azeroual, président du Club créé en 2007 par les étudiants. Et ce n’est pas tout. Cette structure a, selon l’orateur, lancé le travail sur «deux autres projets de puits en pleine préparation d’un projet extrêmement important pour le club».

«Nous voulons aider le maximum de personnes et régions au Maroc à combattre la pénurie d’eau», avance-t-il. Dans ce sens, il invite toute personne voulant contribuer à cette action caritative à contacter le club sur ses réseaux sociaux qui portent le nom de CINDH- ENSIAS. «Vous pouvez contribuer soit par des dons, en proposant des prospecteurs ou en assurant des équipements», enchaîne le responsable. Par l’occasion, il ne manque pas de rappeler que des noms des lauréats de l’école «qui nous ont malheureusement quittés» sont donnés à ces puits. Comme il le rappelle, ce club social et humanitaire de l’école accomplit plusieurs activités et projets tout au long de l’année universitaire. Ses actions, qui bénéficient entre autres à des orphelins, portent sur des réaménagements d’écoles endommagées dans le milieu rural, des projets rentables au profit de personnes en situation de précarité, un convoi socio-médical dans les régions défavorisées au Maroc en collaboration avec une association de médecins et cadres.

Mieux encore, les activités du CINDH sont destinées aux habitants des villages en situation difficile, aux sans-abris. En tout, le club a un projet durable et plusieurs autres activités intéressantes qui ont pour finalité d’aider les gens dans des situations misérables et de leur assurer une vie saine et le droit à une vie plus décente.
Si le club a fait le choix de construction de puits, c’est parce qu’il a «remarqué l’immense problème d’eau au Maroc». «C’est pourquoi nous avons renforcé notre détermination pour améliorer la situation d’eau dans notre pays», poursuit cette structure qui tient à avoir la contribution de maintes personnes pour aider plusieurs régions qui souffrent de la pénurie d’eau.
Avant de procéder aux travaux, les préparatifs consistent à trier les régions où les puits seront construits afin de dispenser de l’eau au maximum des habitants qui ont un grand besoin d’eau potable. «Nous collectons aussi le budget de réalisation par des dons auprès des âmes charitables et quelques initiatives de la part du club qui consistent à aider d’autres personnes et collecter l’argent.

Aussi nous médiatisons l’activité sur les réseaux sociaux pour avoir l’adhésion de toute personne voulant participer à cette charité», détaille la structure. Pour le club, cette activité est d’une importance extrême et représente un défi. «C’est pourquoi nous tenons à rapprocher le maximum des personnes afin d’arriver à notre but ultime», ajoute le CINDH. Pour rappel, le puits à Amaafa lancé en mai 2021 porte le nom d’un lauréat de la promotion 2018 qui est décédé en décembre 2020. Quant aux deux prochains puits, ils porteront respectivement le nom d’un lauréat de l’école de la promotion 2013 «Charaf Elbaroudy» qui est décédé en 2020, et «Majdouline Azeroual» qui est décédée en 2013 en pleine préparation de son PFE. «Nous tenons à les construire en début septembre après avoir précisé les destinations», annonce le club.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *