Chabat indéboulonnable

Chabat indéboulonnable

Hamid Chabat reste au moins jusqu’en 2016. Alors que les observateurs s’attendaient à ce que le dernier conseil national de l’Istiqlal ferme la parenthèse de Chabat, il en fut autrement.

Non seulement l’actuel secrétaire général de l’Istiqlal a été confirmé dans son siège comme seul maître à bord, mais l’ancien maire de Fès se pose déjà comme un sérieux prétendant pour la victoire dans les prochaines législatives prévues en 2016.

Il a notamment appelé les membres de son parti à «faire face aux attaques acharnées contre l’Istiqlal de la part de plusieurs parties, afin que le PI puisse conserver sa place naturelle et remporter les Législatives de 2016».

Le conseil national du PI a montré que le secrétaire général n’a pas encore perdu son contrôle sur les instances du parti. En effet, les groupes parlementaires du PI, le syndicat du parti, la jeunesse istiqlalienne et une bonne partie du conseil national demeurent fidèles à Chabat.

Seuls quelques membres du comité exécutif seraient en froid avec lui. Il n’y aura donc point de congrès extraordinaire pour l’Istiqlal et le SG devra terminer son mandat à la tête du parti. L’autre point important inscrit à l’ordre du jour concernait la place du PI dans l’échiquier politique. Au lendemain des dernières élections, le comité exécutif du parti avait examiné le recours à un soutien critique au gouvernement actuel et le divorce avec les autres forces de l’opposition en particulier le Parti authenticité et modernité (PAM).

Mais le conseil national du PI en a finalement décidé autrement. L’Istiqlal restera dans les rangs de l’opposition même si la collaboration avec les autres forces de l’opposition ne sera pas la même qu’avant les dernières élections. Quant au soutien critique au gouvernement actuel, l’idée n’a pas été retenue. Par ailleurs, Hamid Chabat a affirmé au début des travaux du «parlement de son parti» que «le PI se doit de prendre sa place naturelle comme force politique souveraine de ses décisions et force de proposition à même de faire face à tous les défis, indépendamment d’une prise de position en faveur d’une partie ou d’une autre».

A noter enfin que les responsables du parti ont décidé d’ouvrir un dialogue avec les membres du courant «Sans répit» (Bila Hawada). De nombreux membres de ce courant dirigé par Abdelouahed El Fassi avaient été expulsé des rangs du PI pour avoir contesté notamment l’élection de Chabat à la tête du parti.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *