Abdelkrim Benatik : «L’utilité de la montre se résume dans le fait qu’elle me permet de savoir l’heure»

Abdelkrim Benatik  : «L’utilité de la montre se résume dans le fait qu’elle me permet de savoir l’heure»

Loin d’être un grand passionné de montres, le secrétaire général du Parti travailliste, Abdelkrim Benatik, porte une montre de marque Burberry. Pour le leader du Parti travailliste, la montre est un outil fonctionnel. «Les montres sont des outils fonctionnels. L’utilité de la montre se résume dans le fait qu’elle me permet de savoir l’heure. Je ne fais pas partie de ceux qui considèrent la montre comme un luxe», souligne M .Benatik. La montre que porte actuellement Abdelkrim Benatik, lui a été offerte par un ami qui réside en France. M.Benatik n’est pas de ceux qui dépensent beaucoup d’argent pour acquérir une montre. «Ce n’est pas parce que je suis un homme de gauche que je n’aime pas dépenser une grande somme d’argent pour l’achat d’une montre. C’est plutôt par principe. La montre a une fonction qui est celle d’afficher l’heure. Par conséquent, je trouve qu’il n’est pas important de débourser une grande somme d’argent pour acheter une montre», insiste M Benatik. Toutefois, Abdelkrim Benatik a du respect pour les personnes qui portent un grand intérêt aux montres. «Lorsque je poursuivais mes études en France, j’avais un professeur qui était collectionneur de montres. J’ai toujours beaucoup de respect pour ce professeur. À ce moment-là, j’ai découvert qu’il y avait plusieurs personnes passionnées par les montres», précise M. Benatik.
Malgré ses frasques britanniques, Burberry a su aujourd’hui imposer une image de marque résolument rajeunie.
Les raisons de ce succès : une réorganisation complète des collections. Et c’est sans compter les multiples déclinaisons de la marque à l’image de sa ligne enfant ou de ses gammes de parfums et de montres. Entre lifting et diversification, la maison britannique a su reconquérir les podiums et le cœur du public. S’il ne fallait retenir qu’un nom pour résumer les 150 ans de la maison Burberry, ce serait celui de Thomas Burberry, son créateur. Burberry a pris son envol en 1856,  quand le jeune prodige a ouvert sa première boutique à Basingstoke, dans la province britannique de Hampshire. Agé d’à peine 21 ans, l’apprenti drapier habillait alors les notables de sa région. En quelques années, il fidélise sa clientèle, sa boutique prend de l’ampleur et devient, dès 1870, un grand magasin, ou, comme le veut la terminologie britannique, un «Emporium».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *