Abou Dhar Al-Gifary (1)

Il arriva à la Mecque comme n’importe quel autre voyageur qui venait pour faire des tournées autour des déités encore vénérées ou qui ne faisait qu’une halte pour se reposer, avant de reprendre la route.
Pourtant, il était à la recherche du Messager (ç). Il venait de faire tout ce chemin depuis le terroir des Ghifar, pour le connaître et l’entendre parler de cette nouvelle religion. Dès son arrivée, il se mit à glaner çà et là les informations. Chaque fois qu’il entendait des gens parler de Mohammad, il tendait l’oreille prudemment, si bien qu’il avait recueilli l’information sur le lieu où il pouvait le trouver.
Puis, au matin de ce jour-là, il s’en alla à cet endroit-là. Il trouva le Messager (ç) assis seul. Il se rapprocha de lui et dit : «Bonjour! ô frère arabe.
– Salut à toi! ô frère, répondit le Messager (ç).
– Chante-moi de ce que tu dis, dit Abou Dhar.
– Ceci n’est pas de la poésie pour que je te chante, dit le Messager (ç), ceci est une noble lecture.
– Fais-moi donc une récitation, dit Abou Dhar.»
Alors, le Messager (ç) lui récita des versets pendant qu’Abou Dhar écoutait attentivement.
Puis, Abou Dhar n’attendit pas beaucoup de temps, pour proclamer : «J’atteste qu’il n’est de Dieu que Dieu et j’atteste aussi que Mohammad est son serviteur, son envoyé.
– D’où es-tu, frère arabe? dit le Messager (ç).
– De Ghifar, répondit Abou Dhar.»
A cette réponse, le Messager (ç) esquissa un large sourire significatif. Abou Dhar sourit aussi et sut au fond de lui le sens du sourire de son interlocuteur.
Oui, la tribu des Ghifar était réputée pour le brigandage de ses hommes. Ces derniers étaient des pillards redoutés dans toute l’Arabie.
Comment se fit-il que l’un d’eux vint embrasser l’Islam, alors que l’Islam était encore une religion méconnue?
En racontant lui-même cette rencontre, Abou Dhar dira, entre autres: «Le Prophète (ç) s’est mis alors à regarder de haut en bas, par étonnement de ce qui est arrivé des Ghifar, puis il a dit: "Dieu guide qui il veut."»
C’est vrai, Abou Dhar est l’un de ces guidés, à qui Dieu veut du bien. Déjà avant d’embrasser l’Islam, il était un révolté contre l’adoration des idoles, qui tendait à croire en un créateur sublime. C’est pourquoi il se dirigea vers la Mecque, dès qu’il entendit parler d’un Prophète qui dénonçait l’adoration des idoles.
Abou Dhar, de son vrai nom Jundub b. Jinada, se convertit donc à l’Islam, dès qu’il entendit les premiers versets de la bouche du Messager (ç). Dans le classement des Musulmans, il est le cinquième ou le sixième.
Par ailleurs, il était d’une nature bouillante. Il était fait pour être toujours révolté contre le faux. Et maintenant le voilà en train de voir des pierres taillées, auxquelles on courbait l’échine. Alors, il devait dire quelque chose, lancer un cri avant de partir. Il dit au Messager (ç) : «O Messager de Dieu, que me recommandes-tu?» Le Prophète (ç) lui répondit : «Tu reviens dans ton peuple, jusqu’à ce que mon affaire te parvienne.» Abou Dhar ne se retint pas de dire sur le champ: "Par celui qui détient ma vie dans sa main, je n’y retournerai qu’après avoir crié l’Islam dans la Mosquée!»
Ainsi était sa nature rebelle. Etait-il possible qu’Abou Dhar retourne silencieux chez lui, à l’instant où il découvrait un monde nouveau? Non cela était insupportable pour lui. Après quoi, il entra à la Mosquée sacrée et dit de sa plus haute voix : «J’atteste qu’il n’est de Dieu que Dieu et j’atteste aussi que Mohammad est l’envoyé de Dieu!»
A notre connaissance, c’était là le premier éclat de voix musulman qui défia l’orgueil des Quraych, un éclat de voix lancé par un étranger qui n’avait ni lien de parenté ni protection à la Mecque. Ce cri ameuta les Quraychites, qui se mirent aussitôt à maltraiter Abou Dhar, de telle sorte qu’il se retrouva à terre. Il ne fut sauvé in extremis que par l’intervention intelligence d’al-Abbâs, l’oncle du Prophète (ç) : «O Quraychites, avait-il dit, vous êtes des commerçants et votre commerce passe par le pays des Ghifar, dont cet homme fait partie. S’il excite son peuple conte vous, ils couperont le chemin à vos caravanes.»
Le jour suivant, ou peut-être le même jour, le nouveau musulman récidiva son défi, sans avoir la moindre peur. En effet, dès qu’il vit deux femmes en train de faire des tournées autour de deux idoles, il se mit à jeter le discrédit sur ces deux idoles, si bien que les femmes crièrent au secours.
Les Quraychites accoururent vite et se mirent à le frapper si violemment qu’il perdit connaissance… Et quand il reprit connaissance, il dit encore à haute voix : «J’atteste qu’il n’est de Dieu que Dieu et j’atteste aussi que Mohammad est l’envoyé de Dieu!»
La nature de ce nouveau disciple n’étant plus un secret pour personne, le Messager (ç) lui réitéra son ordre de retourner chez lui et d’attendre la suite des événements.
Abou Dhar rentra donc chez lui et s’attela aussitôt à appeler les membres de sa tribu à l’Islam. Il ne se limita pas dans cette noble mission à sa seule tribu, puisqu’il appela aussi les Aslam, qui étaient les voisins des Ghifar.
Puis, après l’expatriation du Messager (ç) à Médine, voilà Abou Dhar qui arrivait avec un grand convoi de Musulmans venant du terroir des Ghifar et des Aslam!
Le Messager (ç) les accueillit avec joie puis invoqua pour eux la miséricorde divine. Quant à Abou Dhar, il dit de lui : «Les terres désertiques et les terres verdoyantes n’ont connu de langue plus véridique que (celle) d’Abou Dhar». Le Messager (ç) résuma en quelques mots la vie à venir de son compagnon. Et effectivement, la sincérité sera l’essentiel dans la vie d’Abou Dhar. Il mènera une vie de sincère qui ne trompa ni lui-même ni autrui et qui ne permit pas qu’on le trompât.
Sa sincérité ne fut à aucun moment une qualité sourde. Il disait la vérité, s’opposait au faux, sans prendre de gants. Comme le Messager (ç) voyait avec clairvoyance les difficultés qu’Abou Dhar allait rencontrer, il lui recommandait toujours la patience. Un jour, il lui posa cette question : «O Abou Dhar, comme agiras-tu quand tu seras rejoint par les émirs qui s’accaparent du butin.
– Par celui qui t’a envoyé avec le vrai, je frapperai alors avec mon épée, dit Abou Dhar.
– Ne te montrerai-je pas ce qui est beaucoup mieux que cela? Tu t’armes de patience jusqu’à ce que tu me rejoignes, dit le Messager (ç).» Au fait, pourquoi le Messager (ç) lui avait-il posé précisément cette question?
Les émirs et la fortune, voilà la question à laquelle Abou Dhar consacra toute sa vie, tout en ayant toujours à l’esprit le conseil du Messager. L’époque du Messager (ç) passa, puis celle d’Abou Bakr, puis celle de Omar, avec la domination de la sobriété. Durant cette période, il n’y eut pas de déviations pour qu’Abou Dhar élevât la voix et s’y opposât vigoureusement. Mais, après la mort de Omar, les choses changèrent. Il constata alors les effets néfastes du pouvoir et de la fortune sur ses anciens compagnons, qui avaient pourtant côtoyé le Messager (ç).
A chaque fois qu’il décidait de prendre son sabre et sortir combattre le mal, il se rappelait le conseil du Messager (ç). Il laissait alors son arme dans son fourreau, sachant bien qu’il est interdit d’utiliser les armes contre le Musulman: Il n’appartient pas à un croyant de tuer un croyant, sauf si c’est involontairement (s. 3, v. 92). Sa tâche n’était donc pas de prendre les armes mais d’exprimer son opposition aux pratiques condamnables, par le propos véridique et juste. Il fit alors face avec sa sincérité aux émirs, aux riches, c.-à-d. à tous ceux qui, par leur penchant pour la vie d’ici-bas, devinrent un danger pour la religion. L’opposition d’Abou Dhar aux centres du pouvoir et de la fortune devint si importante que son nom fut connu de tout le monde.

• «Des hommes autour du Prophète»
Khalid Mohammad Khalid
Traduction : Abdou Harakat
Ed. Dar Al-Kotob Al-Ilmiyah
Beyrouth, 2001 – 224 pages

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *