Clôture du 32ème Moussem d’Assilah : remise des prix aux habitants de la ville

Clôture du 32ème Moussem d’Assilah  : remise des prix aux habitants de la ville

Une ambiance festive a marqué, dimanche 25 juillet, la soirée de clôture du 32ème Moussem culturel international d’Assilah. A l’instar des années précédentes, la cérémonie de clôture de cette édition s’est distinguée par la traditionnelle remise des prix aux habitants de la ville. Le prix de la mère modèle a été accordé, cette année, à Rhimou Younès. Mariée à un ancien policier à la retraite, cette femme au foyer est mère de neuf enfants, qui ont réussi dans leurs études et «réalisent maintenant de grands succès dans leur vie professionnelle», a précisé le secrétaire général de la Fondation du Forum d’Assilah, Mohamed Benaïssa. Les organisateurs ont choisi, lors de cette édition, d’attribuer le prix de la femme ouvrière à trois habitantes d’Assilah notamment Amina El Malki, Fatima El Malki et Latifa Serghini, et ce pour leur sérieux dans leur travail et leurs actions pour la protection de l’environnement. Le prix écologique a été décerné à l’Association des parents d’élèves de l’école Allal Ibn Abdellah et Souad Idrissi, femme au foyer. Tandis que le prix du pêcheur a été accordé ex-aequo à Abdeslam Adnani et Allal Guernan, qui ont débuté dans la pêche maritime il y a plus d’une soixantaine d’années. Le prix de l’artisan a été attribué à Mohamed Zirad et Abdeslam Kardich, qui sont réputés pour leur savoir-faire et la qualité de leur production notamment les babouches «Balgha». Le prix du sportif de l’année a été décerné à Mayloud Chhayin. Né en 1939 à Assilah, ce dernier a brillé comme défenseur et il a pu réaliser de grands exploits au sein de son club Chabab Assili. Quant au prix Ibrahim Owëss (célèbre enseignant universitaire arabe qui a enseigné Bill Clinton, Barack Obama…), il a été décerné à deux meilleurs bacheliers de l’année en l’occurrence à Samia Akarmit (Baccalauréat lettres) et Safae Boughlala (Baccalauréat sciences physiques). Le prix Ahmed Maher (créé à l’initiative de l’ancien ministre égyptien) est revenu à l’Association «Al Marifaa» (La connaissance) pour l’éducation et la culture et ce pour l’action de ses membres au profit des élèves issus des familles pauvres. Des prix ont été attribués aux meilleures productions de l’atelier de l’écriture pour enfants, organisé pour la deuxième année dans le cadre des travaux du 32ème Moussem culturel d’Assilah. Le jury de cet atelier a choisi la production littéraire de trois enfants notamment Nada Ababri, Marwan Lyamlahi et Ahmed Lakdani. Et ce n’est pas tout, cette 32ème édition a connu la création du prix de l’enfant génie, qui est revenu à Mohamed Laaraj. Agé de huit ans, cet enfant «qui est un élève brillant et doué surtout pour les mathématiques porte aussi un grand intérêt pour la préservation de l’environnement en réussissant à faire de son quartier Omar Ibn Abdelaziz, l’un des plus beaux lieux de la ville», a affirmé M. Benaïssa.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *