Dalia : La plage au charme sauvage

Dalia : La plage au charme sauvage

Située à 40 km de la ville du Détroit et sur la côte de la Méditerranée, Dalia est un petit village montagneux. Il se distingue par sa plage qui est parmi les plus belles plages de la région Tanger- Tétouan. Dès l’entrée de la piste qui mène à la plage, le visiteur est épris de la beauté de sa nature et de sa propreté. C’est une plage sauvage de 60 000 m2, les petits cafés et restaurants sont constitués de paille et la plage comporte deux parkings non aménagés. La plage se distingue par son sable blanc et fin. Ses eaux sont transparentes et s’étendent sur un kilomètre de longueur et 60 m de largeur. C’est un paradis terrestre qui relie la mer, la forêt et la montagne. Les gens viennent ici voir Al Jasiras et rêver d’accéder à l’autre rive. Les villageois et surtout les pêcheurs ont l’habitude d’escalader la montagne de Jbel Puenta Sérés pour profiter d’une vue panoramique.
La plage garde toujours son aspect sauvage. Ce qui multiplie encore plus son charme. Comme dans les petits villages sauvages, les estivants prennent leur bain de soleil ou se prélassent entre les embarcations de pêche.
Le village manque grandement d’une infrastructure touristique mais il connaît au fil du temps un développement du tourisme interne. A 30 minutes en voiture de la ville du Détroit, la plage de Dalia est un lieu de prédilection pour les Tangérois. Ils y viennent généralement passer une demi-journée le week- end. Plusieurs y achètent des maisons au bord de la mer pour y passer leurs vacances. Ils y pratiquent leur passion de la pêche et préparent leur tajine cuit sur du charbon en plein air. «Mon mari a hérité d’une petite maison de son père qui travaillait comme pêcheur sur cette plage. Nous avons l’habitude d’y venir passer les deux mois de juillet et d’août chaque année avec nos deux enfants, ma belle mère et ma belle sœur», indique Latifa Laâsri, femme au foyer qui réside à Tanger.
Les habitants du petit village côtier de Ksar Shgir préfèrent, eux aussi, passer leurs vacances à plage de Dalia. «C’est une plage propre qui est beaucoup plus fréquentée par les gens motorisés. C’est pourquoi, nous préférons la plage de Dalia», déclare un une femme au foyer originaire de Ksar Sghir.
La plage de Dalia est de plus en plus fréquentée par les habitants des villes et régions avoisinantes, tels Fnideq, Tétouan et Sebta. Il y a aussi des amoureux et des habitués de la ville parmi les étrangers «Des Espagnols sont les premiers à découvrir le charme de ces lieux. Ils étaient presque les seuls à fréquenter cette plage, ils ont été par la suite suivis par les Français», confie Mfedel El Bakalli. Selon les données officielles, le village de Dalia compte 200 petites habitations et une dizaine de villas de 150 à 200 m2.
Les habitants sont confiants en l’avenir. Surtout que le village côtoie le grand projet de Tanger Med. «Il n’y pas beaucoup de constructions sur cette région. C’est un site bien préparé et sans risques de problèmes fonciers pour accueillir de grands projets touristiques», confie un responsable de l’arrondissement de Ksar Sghir.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *