Il aurait tué ses compagnes pour avoir les assurances-vie

Cet homme, qui a perçu plus d’un million d’euros provenant d’assurances-vie après le décès de sa femme en 2007, a aussi été mis en examen jeudi par un juge d’instruction d’Evry pour «tentative d’assassinat» et «vol», a-t-on appris vendredi de source judiciaire, confirmant une information de RTL. Cet ancien professeur dans un lycée professionnel, aujourd’hui à la tête d’une société, avait perdu son épouse dans un accident de la circulation dans l’Essonne il y a trois ans. Percutée par un véhicule alors qu’elle se promenait à vélo avec son mari, la femme était décédée quelques jours plus tard. L’affaire avait été classée sans suite. Mais «un certain nombre de détails troublants apparaissent a posteriori», a expliqué à l’AFP la source judiciaire. «D’après les premiers témoins, le mis en cause avait mis sa femme face contre terre et s’était couché sur elle», a-t-elle précisé. A la mort de son épouse, le veuf était en mesure de percevoir «2,6 millions d’euros» des différents contrats souscrits par sa femme, lesquels prévoyaient en outre un doublement de la somme en cas de décès accidentel, a détaillé la source judiciaire. En litige avec l’une des compagnies d’assurance, l’homme a touché jusqu’à présent plus d’un million d’euros. C’est une autre compagne du mis en examen qui a alerté les policiers il y a six semaines. Victime d’un cambriolage au cours duquel on lui a volé ses polices d’assurances souscrites au bénéfice de son ex-compagnon, elle fait alors le «parallèle» entre un grave accident dont elle a été victime et la mort suspecte de la première femme. Cette deuxième compagne avait été gravement blessée dans un accident de voiture lors de vacances au Maroc avec l’homme mis en cause. Par ailleurs, les enquêteurs se sont aperçus que la compagne actuelle du mis en cause avait, elle aussi, souscrit plusieurs contrats d’assurance au bénéfice de son partenaire, pour un montant de 2,4 millions d’euros. Le mis en examen, qui n’est pas connu des services de police, «conteste toute responsabilité». Il accuse sa deuxième compagne d’être une «mythomane», et de vouloir «se venger» de leur rupture, dont il serait responsable.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *