La chevauchée du bonheur

La chevauchée du bonheur

L’ambiance dans la capitale spirituelle du Royaume était à la fois au recueillement et à la joyeuse célébration d’un événement de la plus grande importance. Un événement qui n’est autre que les cérémonies de circoncision de SAR le Prince héritier Moulay El Hassan, entamées depuis le mercredi 13 et qui prennent fin ce vendredi 15 avril.  
Le coup d’envoi des festivités avait été donné mercredi dans la ville impériale. Moulay El Hassan, qui soufflera ses deux printemps dans quelques semaines, au mois de mai prochain, a participé ce jour-là, dans les bras de son père, S.M Mohammed VI, à la traditionnelle visite du Mausolée Moulay Driss Al Azhar.
Pour cette première visite princière, comme le veut la tradition royale à la veille d’un heureux évènement, la descente au sanctuaire du Saint patron et fondateur de Fès, au coeur de la vieille médina, s’est faite à cheval, sous les vivats, les acclamations et les youyous. Pour le directeur du protocole au ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie, Abdelhak Mrini, il est de coutume chez la Famille royale que «le Prince circoncis visite le Mausolée de Moulay Idriss Al-Azhar, fondateur de l’Etat islamique au Maroc, en signe d’heureux présage et pour recevoir la bénédiction de ce saint». Dans une déclaration à la radio nationale, relayée par la MAP, M. Mrini a ajouté que «la visite du Mausolée s’effectue à cheval en signe d’espoir que le Prince deviendra, après sa circoncision, un vaillant cavalier». Cavalier, Moulay El Hassan a été bel et bien. SAR le Prince héritier, par son calme olympien, a suscité l’admiration de tous. A commencer par celle de la population fassie, sortie très nombreuse ce soir-là, et avec elle le peuple marocain tout entier. Un peuple  qui a tenu à partager la joie de la famille royale. En même temps que Moulay Hassan, ils étaient plus d’un millier d’enfants marocains, de toutes les régions du Maroc et de toutes les origines, à avoir été circoncis jeudi en fin de matinée, nous apprend l’Agence AP. Du partage, il y en a bien eu dans la ville de Fès qui a revêtu son plus beau apparat. Trois jours durant, les quartiers, les parcs et les grandes places de la ville auront servi d’estrade pour des centaines d’artistes marocains, de troupes folkloriques et de cavaliers de la célèbre fantasia. Des multitudes de festivités organisées, se démarque notamment la grandiose Fantasia animé par un millier de cavaliers venus des tribus de différentes régions du Maroc.
À l’occasion de cette fête, tout le Maroc était de la fête. Ministres, hommes politiques, hommes d’affaires et bien d’autres notabilités et Chorfas ont tous signé présents. Comme si la société marocaine toute entière avait fait siennes, dans la liesse et la fierté, les fêtes et la joie de la famille royale. Une expression, la plus évidente qui soit, des liens d’attachement qui unissent un peuple et son Roi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *