La grande mosquée de Tanger

De par son emplacement géographique privilégié, Tanger a, depuis plusieurs siècles, attisé les convoitises des étrangers. Carthaginois, Romains, Phéniciens, Vandales, Espagnols, Portugais et Anglais se sont disputé la souveraineté de la ville.
Carrefour des civilisations, au croisement de la Méditerranée et de l’océan Atlantique, la ville de Tanger a été profondément influencée par les différentes dynasties qui s’y sont succédé. Son histoire remonte à plusieurs siècles.
Selon la mythologie grecque, elle aurait été fondée par le géant "Antée", fils de Poséidon (Dieu de la mer) et de la déesse Gaia personnifiant la terre. Elle devrait son nom à Tingo ou Tinga, épouse de son fondateur. Les Phéniciens ont beaucoup marqué l’histoire de la ville, qui regorge des vestiges dont les nécropoles d’Aïn Dalia et de Djebila. Après une présence phénicienne, la ville a été occupée par les Cartaginois, qui en firent un comptoir, Tingi. A la chute de Carthage, Tanger est rattachée à la Maurétanie et devient ainsi une colonie romaine liée à la province d’Espagne. Vers le IIIème siècle, la ville est à son apogée. Elle devient la capitale de la Maurétanie Tingitane.
A l’issue du retrait des Romains à la fin du IIIème siècle, Tanger tombe dans l’oubli. Il a fallu attendre l’avènement des premiers conquérants musulmans au VIIIème siècle pour que la ville renaisse. C’est de cet endroit qu’en 711, Tariq Ibn Ziad a commencé la conquête d’Al-Andalous. D’ailleurs, le détroit de Gibraltar (Jabal Tarik) porte aujourd’hui son nom.
Sous le règne des Almoravides et des Almohades, Tanger servira également de base pour la reconquête d’Al-Andalous et son ralliement à l’empire du Maroc.
A partir du XVème siècle, la ville va connaître une longue série d’occupations étrangères, portugaise et espagnole entre autres. Elle s’enrichira de grandes constructions notamment religieuses. Elevée à l’emplacement d’un vieux temple romain, la grande mosquée de Tanger est l’une des édifices spirituels les plus importants de la ville.
Lors de l’occupation portugaise, cette mosquée a été transformée en église. En 1684, elle fût rendue au culte de l’Islam par le Pacha Ali Ben Abd Allah.
Le Sultan alaouite Moulay Ismaïl fit édifier une nouvelle mosquée. Des travaux de reconstruction, de restauration et d’agrandissement y ont été effectués sur ordre du Sultan Sidi Mohammed Ben Abdallah, qui a également fait édifier une medersa face à la mosquée.
Lors du règne du Sultan Moulay Slimane (1812-1817), une nouvelle opération de réhabilitation et de rénovation l’a mise en valeur. Caractérisé par la simplicité et la beauté de son architecture, cet édifice religieux comporte une porte monumentale, richement décorée d’entrelacs, de mosaïques et de faïences.
Le 11 avril 1947, une date marquant un événement de taille dans l’histoire du Royaume.
Feu S.M.le Roi Mohammed V a prononcé son discours historique dans les jardins de la Mendoubia. Après quoi, le défunt Souverain a présidé la prière dans la grande mosquée de la ville.
En 1962, Feu Sa Majesté Hassan II a donné ses instructions pour la restauration et l’agrandissement de ce lieu de prière. En 2001, suite à la visite qu’il y a effectuée, SM le Roi Mohammed VI a donné ses instructions pour entreprendre une nouvelle opération de rénovation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *